Trois techniques infaillibles pour épargner chaque mois

Techniques pour épargner

Épargner est la base de tout investissement. Sans épargne, point d’argent à investir. Et sans argent à investir, point d’investissement. Voyons ensemble trois techniques qui permettent d’épargner à coup sûr.

Avant de parler d’investissement, il est nécessaire d’avoir une gestion saine de ses finances personnelles. Cette saine gestion se concrétise par le fait de dépenser moins que ce que l’on gagne. Si cette hypothèse mathématique n’est pas vérifiée, non seulement l’investissement restera un concept, mais les dettes, elles, seront bien réelles.

Tout le monde ou presque sait qu’il ne faut pas dépenser plus que ce que l’on gagne. Pourtant, beaucoup de gens n’y arrivent pas.

Pourquoi ? La société nous pousse constamment à agir selon certains biais comportementaux:

  • Le besoin d’importance. La société de consommation nous fait croire que c’est en possédant des choses que les autres personnes vont s’intéresser à nous et nous considérer comme quelqu’un d’important.
  • Céder à la gratification immédiate, au lieu de nourrir ses projets de vie est un piège dans lequel on peut facilement tomber quand on est soumis à de nombreuses tentations dans une journée.
  • Vivre dans le présent. C’est très bien en termes de développement personnel, de pleine conscience, de paix mentale et de joie intérieure. Mais pour vos finances, il est important que ce présent n’hypothèque pas votre avenir pour autant.

Cette liste n’est pas exhaustive, et il peut y avoir bien d’autres raisons de dépenser son argent sans épargner, comme pour compenser un manque, ou une frustration.

Le fait est que nous sommes prévus pour dépenser tout notre argent, quel que soit notre niveau de vie. C’est pour cela que toutes nos promesses d’épargne (« j’épargnerai avec ma prochaine augmentation, ou quand j’aurais un boulot mieux payé ») sont si difficiles à tenir.

La Loi de Parkinson stipule que:

Tout travail tend à se dilater pour remplir tout le temps disponible.

Lorsque vous étiez petit(e), quand votre maman vous donnait 15mn pour ranger votre chambre, vous vous exécutiez en vitesse. Si elle vous donnait 1h, il était probable que votre chambre ne soit pas mieux rangée malgré ce temps supplémentaire. Vous preniez simplement plus de temps pour faire la même chose, et arriver au même résultat.

L’équivalent de la loi de Parkinson pour l’argent serait que « les dépenses tendent à s’adapter pour consommer tout argent disponible. »

C’est pour cela que la grande majorité des avocats et des médecins ont un niveau de vie d’avocats et de médecins, plutôt que celui d’une personne au SMIC.

Passons en revue trois techniques pour épargner qui vont vous permettre d’échapper à ces biais et à ces lois qui en veulent à votre épargne.

1. Faire de l’épargne LA priorité financière

N’épargnez pas ce qui reste après avoir dépensé, mais dépensez ce qui reste après avoir épargné.

Warren Buffett

Quand on parle de gestion du temps, on sait que l’on doit faire les choses les plus importantes en premier, et les moins importantes en dernier (si nous avons encore le temps).

En matière d’épargne, c’est la même logique qui prévaut. Si épargner n’est pas la priorité, on va dépenser pendant tout le mois, et mettre de côté ce qu’il reste à la fin du mois. Mais vous vous doutez de ce qu’il peut bien rester sur un compte courant avec ce raisonnement: pas grand-chose, rien du tout, voir moins quelque chose !

La première des techniques pour épargner, c’est d’en faire LA première des priorités du mois.

Concrètement, épargner doit être la première chose à faire après avoir touché votre revenu. Votre revenu arrive sur votre compte et avant toute dépense, une partie va alimenter votre épargne. Viendront ensuite le logement, la nourriture, les factures, et les dépenses récréatives. Il en restera alors moins pour les tentations et les gadgets à la mode. Mais tout est une question de choix.

On appelle cela se payer en premier, car l’argent reste pour soi et ne repart pas immédiatement dans la poche de quelqu’un d’autre (commerçants, banques, assurances, L’État…).

2. Épargner sans y penser

Se payer en premier: OK. Mais encore faut-il y penser tous les mois. Les routines ne sont pas toujours simples à suivre, surtout celles qui nous enlèvent de l’argent à dépenser.

La meilleure façon de tenir une routine, c’est de l’automatiser le plus possible. Le faire sans y penser (un peu comme se brosser les dents).

Pour cela, programmez un virement automatique depuis votre compte courant vers un autre compte courant ou votre Livret A. Faites-le deux jours après avoir reçu votre paye ou votre revenu.

Si vous êtes payé le 3 de chaque mois, programmez un virement le 5. De cette manière, vous n’aurez plus a y penser et vous ne pourrez dépenser que ce qu’il reste sur votre compte « après épargne ». Vous pouvez même acheter une babiole qui vous fera culpabiliser: ce n’est pas si grave puisque vous aurez déjà épargné.

Une fois le virement automatisé en place, votre épargne est assurée d’être alimentée chaque mois. Sauf si…

Si vous avez un « petit diable » dans votre tête qui vous murmure des pensées perfides telles que « Tu as trop envie de te l’acheter, vas-y, juste pour cette fois, prend un peu d’argent de ton épargne sur ce compte, je ne dirai rien à ta conscience, promis ! », alors il faudra passer au niveau supérieur de protection de votre épargne.

Pour cela, le meilleur support d’épargne est l’assurance vie. En plaçant votre épargne sur le fond en euros d’une assurance vie, vous la protégez de vos tentations. Faire un retrait depuis une assurance vie est plus compliqué et demande plus de temps que depuis un compte ordinaire.

Ce délai imposé est une protection efficace: impossible d’utiliser son assurance vie pour acheter un truc quand on est déjà dans un magasin, ou qu’on prévoit d’y aller le Week-end. Et il n’y a pas de carte MasterCard reliée à votre assurance vie !

Si votre épargne est une épargne de précaution ou pour un projet à court/moyen terme, assurez-vous de la placer sur un fond en euros, pour que le capital soit garanti.

De plus en plus d’assurances vie proposent des versements programmés, renseignez-vous.

3. Donner du sens à votre épargne

Épargner, cela reste rébarbatif à court terme. On se prive de tout un tas de petites possibilités de se faire plaisir, au profit d’un futur plus ou moins lointain. Ce n’est pas très fun…

C’est pour cette raison que relier votre épargne à un projet important dans votre vie rendra cet effort plus digeste et positif.

Et si épargner vous permettait de réaliser un rêve:

  • Faire un tour du monde ?
  • Constituer un apport pour acheter la maison dont vous avez toujours rêvé ?
  • Passer votre permis bateau ou moto ?
  • Aller voir le carnaval de Rio ?
  • Apprendre le tango ?
  • Faire un tour en hélicoptère au-dessus d’un volcan ?

Peu importe de quoi il s’agit. Vous avez sûrement en tête quelque chose que vous voulez réaliser, et qui a un prix supérieur à votre budget mensuel.

Cela n’a pas forcément à être pour un rêve. Vous pouvez aussi épargner pour quelque chose de plus terre à terre, mais qui fait tout aussi sens. Par exemple, épargner pour votre petit dernier en vue de ses études et de son entrée dans la vie active.

Épargner dans un but bien précis est beaucoup plus motivant (et gratifiant une fois l’objectif d’épargne atteint) que d’épargner comme un robot sans objectif précis, juste parce qu’on vous a dit que c’était bien d’épargner…

Une technique bonus pour épargner ?

Bon, ce n’est pas vraiment une des techniques habituelles pour épargner, mais davantage une façon de voir les choses différemment, un biais positif.

Ce biais consiste à adopter une vision plus large que vous-même: épargner pour quelque chose qui vous dépasse, qui ne soit pas juste pour vous.

Je ne dis pas de ne pas épargner pour vous. Mais, si au moment de votre mort (Eh oui cet article commence à devenir glauque !), vous avez quelque chose à laisser à vos descendants ou à vote famille: n’est-ce pas mieux qu’un compte vide ou endetté, accompagné de lettres de créances ? Préférez-vous aussi laisser l’image de quelqu’un de vertueux financièrement, ou l’image de quelqu’un qui ne savait faire que dépenser ?

Il est déjà très douloureux de perdre un proche, devoir s’occuper de ses dettes ne rends pas la chose plus facile…

En revanche, se dire que notre vie a contribué à améliorer celle de personnes qui nous sont chères, et qu’elles pourront continuer à profiter du fruit de notre travail, est un sentiment beaucoup plus doux.

La vie humaine est limitée dans le temps. Ce n’est pas le cas de l’argent. L’argent que l’on possède nous survivra et pourra encore servir bien après notre mort (mais vous avez aussi le droit de dire que vous vous en fichez puisque vous ne serez plus là !).

Par exemple, Benjamin Franklin a fait don à sa mort de 1.000$ aux villes de Boston et de Philadelphie. Il a laissé comme instruction que cet argent soit placé durant 200 ans (original quand même !) sur le marché avant que les villes puissent bénéficier du don. C’est 13 millions de dollars que les deux villes ont reçu 200 ans plus tard. Cela valait le coup d’attendre, non ?

Bien sûr c’est un exemple extrême né de l’esprit d’un homme exceptionnel, qui a raisonné à l’échelle de plusieurs vies humaines. Et les techniques post-mortem pour épargner vous font peut-être froid dans le dos ! Mais Benjamin Franklin a eu le mérite de montrer que l’épargne et l’investissement n’ont pas de limite, et qu’il n’est jamais trop tôt, ou trop tard, pour initier un cercle vertueux en épargnant.

J’espère que ces 3 + 1 techniques pour épargner vous permettront de faire passer vos finances personnelles au niveau supérieur !

VOTRE GUIDE GRATUIT

Recevez mon guide des 6 étapes pour commencer à investir, et les nouveaux articles du blog.
Adresse e-mail non valide
En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer à investir, ainsi que des offres promotionnelles sur mes formations.
Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

2 commentaires sur “Trois techniques infaillibles pour épargner chaque mois

  1. Salut, merci pour ta participation au Carnaval d’articles….ton billet est bien détaillé et donne de bonnes techniques alors je suis sûr qu’il va cartonner ! Peux-tu s’il te plaît relayer mon article de présentation du concours auprès de ta liste d’abonnés et sur tes réseaux sociaux ? Ca va contribuer à lui donner une plus grande visibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *