John Bogle, l’homme qui révolutionna l’investissement

John Bogle, un des quatre géants de l'investissement
Crédit photo: The New York Times

John Bogle s’est éteint il y a quelques semaines à l’âge de 89 ans.

Peu connu en Europe, il était pourtant l’une des figures majeures de l’investissement aux États-Unis. Le magazine Fortune le considère comme l’un des quatre géants de l’investissement du 20ème siècle (avec Warren Buffett, Peter Lynch et George Soros).

Fondateur puis dirigeant du groupe Vanguard, il a popularisé les fonds indiciels à faibles coûts, permettant à des millions de gens d’obtenir de meilleurs retours sur leurs investissements.

Une mission de vie au service des investisseurs

John « Jack » Bogle a mené une mission singulière durant quatre décennies: permettre aux citoyens ordinaires de posséder une combinaison d’actions et d’obligations sans avoir à payer des frais exorbitants aux gestionnaires de placement.

En fondant Vanguard et ses fonds indiciels aux frais anormalement bas, John Bogle a suscité du ressentiment parmi ses concurrents. Mais il se souciait davantage de sa vision des fonds communs de placement que de se faire des amis dans cette industrie.

Il a néanmoins inspiré beaucoup de personnes, qui ont été imprégnées par ses idées:

Sa conviction constante que tous les investisseurs méritaient d’être bien traités était un principe fondamental que j’ai intégré dans mon travail et qui a façonné mon cheminement de carrière.

Christine Benz (Directrice des finances personnelles chez Morningstar)

La contribution de John Bogle au monde de l’investissement est gigantesque. Il a offert aux investisseurs de nombreuses années de rendement supérieur, en lieu et place de gonfler toujours plus les poches des gestionnaires de fonds.

C’était un visionnaire extrêmement intelligent, motivé et talentueux dont les idées ont complètement changé la façon dont nous investissons.

Mortimer J. Buckley (PDG de Vanguard)

Une enfance modeste

Issu d’une famille modeste, John Bogle a bénéficié d’une bourse pour entrer à l’université de Princeton. C’est à cette période qu’il a commencé à s’intéresser à l’investissement, comme en témoigne sa thèse sur les fonds communs de placement.

Cette thèse lui a permis de se faire engager dans une société de gestion, la Wellington Management Company, dont il finira par devenir président.

Suite à un conflit d’intérêt né de la fusion avec une autre société, il se fit virer de sa société par le conseil d’administration.

Cependant, une bizarrerie juridique faisait toujours de lui le responsable des fonds chez Wellington, bien qu’il n’avait légalement plus le droit de les gérer ! Il pensa alors à créer un fond non géré activement, qu’il appela fond indiciel… Il fonda par la suite le groupe Vanguard, qui se spécialisa dans ce type de fond.

On peut se demander si les fonds indiciels auraient vu le jour si John Bogle ne s’était pas fait virer de son entreprise.

Le fondateur des fonds indiciels

En 1974, les fonds indiciels n’étaient qu’une théorie non testée. John Bogle pensait lui-même, dans sa jeunesse, qu’il y avait des gestionnaires de fond capables de battre régulièrement le marché. Jusqu’à ce qu’il se rende compte de l’évidence: leurs résultats sont en fait très liés à la chance.

Rassemblez 1024 individus dans une pièce, donnez-leur une pièce de monnaie et demandez-leur de tirer à pile ou face. L’un d’eux réussira à tirer face 10 fois de suite. Et vous direz: « Quelle chance il a ! » N’est-ce pas ? Mais dans l’industrie des fonds communs de placement, vous diriez: « Quel génie ! ». Vous pouvez même demander à des gorilles de le faire, et le résultat sera exactement le même !

John Bogle

Payer des gestionnaires de fonds qui sélectionnent des actions pour tenter de battre le marché est inutile. Il est démontré que la majorité du temps, les investisseurs gagnent de l’argent en achetant simplement le marché.

Les fonds indiciels sont la mise en application de ce principe: acheter le marché pour obtenir les performances du marché.

En lançant le premier fonds indiciel, John Bogle a subi les critiques et les moqueries de ses concurrents, des responsables de fonds gérés activement. Pourtant, l’avenir lui a donné raison.

John Bogle a tout simplement inventé une nouvelle façon d’investir, en mettant à la disposition des gens qui n’ont pas le temps, ou qui manquent de connaissances, un système sécurisé pour investir.

La simplicité et les faibles coûts des fonds indiciels ont rendu le marché plus accessible aux gens ordinaires.

Aujourd’hui, Vanguard est la plus grande société de fonds de placement au monde avec 5,3 billions de dollars sous gestion en 2018 (c’est plus que le PIB du Japon, pourtant 3ème puissance économique mondiale).

Je me rends compte que j’assiste au triomphe des fonds indiciels.

John Bogle

Les fonds indiciels continuent aujourd’hui d’impacter la finance avec l’apparition de robots-conseillers (comme Betterment et Wealthfront aux États-Unis, Swanest en Europe) capables d’opérer des changements de stratégie et de répartition de l’actif selon des modèles informatiques.

Ces robots-conseillers tirent parti du faible coût des fonds indiciels pour exister, et n’auraient probablement pas vu le jour sans eux.

Il reste pourtant encore du chemin à faire, puisque la moitié des Américains n’ont pas de plan d’investissement financier (et ce chiffre est probablement encore plus grand pour l’Europe).

Sa vision de l’investissement

Selon John Bogle, la gestion passive est celle qui génère le plus de résultats:

À maintes reprises, des statistiques claires ont confirmé que plus les investisseurs négocient, plus leur rendement est inférieur au rendement du marché boursier.

John Bogle

On dit que les grands investisseurs maîtrisent leurs émotions. Mais dans les phases baissières du marché, John Bogle ressentait la même chose que tout le monde:

J’ai des nœuds dans l’estomac. Alors, qu’est-ce que je fais ? Je me tourne vers ma bibliothèque et je relis quelques livres qui m’aideront à « maintenir le cap ».

Quels sont les conseils d’investissement de John Bogle ?

  1. Répartissez vos actifs en fonction de votre tolérance au risque et de vos objectifs
  2. Diversifiez vos investissements
  3. Investissez dans des fonds indiciels à faible coût (certains ont des frais élevés)
  4. « Ne négociez pas en bourse. Ne faites rien – Contentez-vous de demeurer sur vos positions ! »
  5. Ayez « une proportion d’obligations un peu plus élevée que ce que votre instinct vous dicte »
  6. Ne lisez pas la presse financière, ne regardez pas les chaînes business
  7. Profitez de la vie au lieu de passer votre temps à « traquer la performance du S&P500 »

Son propre portefeuille d’investissement était réparti de manière assez classique:

  • 60% placés dans des actions, majoritairement des fonds indiciels de Vanguard.
  • 40% répartis entre le Total Bond Market Index Fund de Vanguard (un mix d’obligations représentatif de l’ensemble du marché obligataire) et des obligations municipales (une spécificité américaine, ces obligations ont l’avantage d’être non imposables).

Ce portefeuille lui a rapporté un rendement souvent proche des 10%/an, exception faite de 2008 avec une perte de 17% (dans le même temps, le S&P500 avait perdu 37%).

Humilité et philanthropie

Investir judicieusement afin d’obtenir de meilleurs rendements est aussi une opportunité de pouvoir donner plus.

Quelques années avant sa mort, et bien que donnant régulièrement la moitié de son salaire à des œuvres de charité, il déclarait:

Mon seul regret concernant l’argent, c’est que je n’ai pas plus à donner.

Les fonds indiciels se sont aujourd’hui taillé une belle place dans l’industrie de l’investissement. Pourtant, alors âgé de 85 ans, John Bogle n’estimait pas encore être arrivé au bout de « sa mission », et ne s’accordait pas plus le droit d’être fier d’avoir apporté autant aux investisseurs, citant Sophocle:

Il faut attendre le soir pour apprécier la splendeur de la journée.

Il ne se sentait pas encore arrivé au soir de sa vie. Et les huit crises cardiaques qu’il a connu n’ont pas réussi à le pousser à la retraite de son vivant.

Je m’amuse, et je poursuis ma mission afin que les investisseurs aient leur juste part.

John Bogle

Y a-t-il une plus belle chose que se sentir investi d’une mission, et d’être suffisamment passionné pour la mener jusqu’au terme de sa vie ?

John Bogle faisait partie des grands personnages de ce monde. Des millions d’investisseurs ont tiré un grand bénéfice de sa contribution au monde de l’investissement, et d’autres encore plus nombreux en bénéficieront encore à l’avenir.

Sources: New York Times, Above the law, CNN, Financial Times, extraits de son interview par Tony Robbins dans son livre  «L’argent: l’art de le maîtriser».

VOTRE GUIDE GRATUIT

Recevez mon guide des 6 étapes pour commencer à investir, et les nouveaux articles du blog.
Invalid email address
En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer à investir, ainsi que des offres promotionnelles sur mes formations.
Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *