5 BD pour découvrir l’économie et la finance

BD argent économie finance

Je vous propose de découvrir 5 bandes dessinées qui, en plus de vous distraire, vont vous apprendre plein de trucs sur l’économie et sur la finance.

Avec l’été qui arrive, on peut avoir envie de lectures plus légères pendant les temps de farniente.

Et si la lecture de quelques BD pouvaient vous permettre de comprendre plus facilement un monde qui parait bien compliqué dans la bouche des médias ?

Ces BD ont la particularité d’avoir été scénarisées par des auteurs connaissant particulièrement bien l’économie et la finance, et qui sont en plus doués pour vulgariser simplement les sujets les plus complexes.

Car ce monde est à la fois plus simple et plus complexe que ce qu’on pense. Et il n’est ni tout noir, ni tout blanc.

Le grand public gagnerait à comprendre ses principes de fonctionnement qui paraissent complexes, mais qui est souvent plus simples à comprendre que ce qu’on pourrait penser.

Ces 5 BD sur la finance n’ont qu’un seul but : vous amuser, vous intriguer, et vous apprendre plein de trucs que vous n’avez jamais osé essayer de comprendre.

Une chose est sûre, la prochaine fois que vous entendrez parler d’économie ou de finance dans les médias, vous ne vous sentirez plus perdu. Vous pourrez même donner des mini-cours à votre entourage. 🙂

Les images des tomes contiennent des liens affiliés Amazon, mais vous êtes libre de les acheter dans votre librairie, d’occasion, ou encore de simplement les emprunter à la bibliothèque…

Hedge Fund

Hedge Fund

Un thriller financier au cœur de la crise internationale.

Hedge Fund raconte l’histoire d’un jeune financier plein d’ambition, Frank Carvale. Désabusé par son travail, qui consiste à vendre des assurances retraite médiocres à des gens qui n’en ont pas besoin, sa rencontre inattendue avec un ancien trader va bouleverser un avenir morne et routinier tout tracé.

Aveuglé par son succès, il va tomber au plus bas, happé par les dérives de la finance ainsi que par sa propre arrogance.

Dans mon hedge fund, il n’y a que le sucre glace.

Franck Carvale débutera alors son chemin de rédemption, et sa quête d’une nouvelle identité (à la fois personnelle et professionnelle).

Hedge Fund a le mérite de dénoncer, tout en expliquant, les dérives et les manipulations les plus sombres du monde de la finance.

La BD développe aussi des sujets plus rarement abordés, comme les travailleurs-esclaves modernes, la vente à découvert, la spéculation sur les denrées alimentaires, ou encore le développement de la finance éthique.

Des sujets plus connus, mais souvent assez mal compris, comme les Subprimes, la crise de l’Euro, ou la valeur de la monnaie font d’ailleurs l’objet d’un tome entier (tomes 2 et 3).

La géopolitique, les rapports de force entre états et les tentatives de déstabilisation politique par la finance sont au cœur de Hedge Fund.

Largo Winch

Largo Winch

Largo Winch, c’est le fameux milliardaire en blue jeans, à la tête du groupe W, la holding dont il a hérité de son père.

Guidé par ses valeurs morales et son humanité, il s’oppose à l’entrée en bourse du Groupe W. Cela ne l’empêche pas d’être bagarreur, borné, ainsi que spécialiste du lancé de couteaux, et de mener une vie amoureuse particulièrement instable.

Dans le monde réel, la holding de Warren Buffett, Berkshire Hathaway, est probablement ce qui se rapproche le plus du Groupe W (391000 employés pour Berkshire Hathaway; 488000 pour le groupe W).

Cependant, Largo a hérité de son empire, alors que Warren a patiemment construit le sien. Par ailleurs, il est peu probable qu’une holding d’une telle taille puisse exister aujourd’hui sans ouvrir son capital, et avec à sa tête un unique actionnaire qui en posséderait l’intégralité des 10 parts…

Largo Winch, c’est LA BD de référence en finance. C’est celle qui m’a fait découvrir un monde fascinant, truffé de jargons parfois complexes (OPA, stocks-options…), et qui m’a fasciné avant même d’avoir suivi mes premiers cours d’économie au lycée.

En 2019 est paru un hors série Largo Winch : « Introduction à la finance », sous la direction d’Olivier Bossard, professeur de finance à HEC Paris (et grand fan de Largo Winch).

Introduction à la finance

L’idée qui avait germé vingt-cinq ans plut tôt devient alors une évidence : Largo doit être mon allié pour démocratiser la finance et la rendre accessible à tous !

Ce hors-série est une petite bible, illustrée par les vignettes du dessinateur Philippe Francq, extraites des moments les plus marquants de la saga.

Au menu : l’histoire et le fonctionnement des marchés financiers, la finance d’entreprise et la régulation financière, les places financières et la science des données.

Après avoir lu cet exposé BDisé ultra-pédagogique, il devient tout simplement impossible de ne pas en savoir plus que 99% de la population sur le monde de l’économie et de la finance.

Shadow Banking

Shadow Banking

Et si la fiction était une option précieuse pour raconter la crise bancaire de 2008 et la jungle des affaires politico-financières.

Shadow Banking nous fait plonger au cœur de la finance de l’ombre, hors bilans, et presque aussi invisible que dangereuse.

Contrairement à Hedge Fund qui explore tour à tour différents pans et affaires de la finance, Shadow Banking se concentre exclusivement sur la crise de 2008, ainsi que sur la dissimulation de la dette grecque.

Nous suivons l’enquête menée par Victor de la Salle et Mathieu Dorval, de la BCE jusque dans le système bancaire mondial.

Un jeune blanc-bec tout juste sorti de l’école verrait des choses que la FED ne voit pas ? Allons… Ça ne tient pas debout !

Alors qu’ils découvrent par hasard des informations inquiétantes qui pourraient bouleverser l’échiquier politico-financier, leur soif de vérité va les emmener sur un terrain dangereux, dans un monde où l’argent n’est plus un moyen, mais une fin qui justifie tous les moyens.

Le scénario ne se presse pas, et prends-le temps d’assembler patiemment toutes les pièces. Si l’action se fait parfois attendre, on peut dire qu’elle n’en est que plus percutante lorsqu’elle survient !

Le dessin est particulièrement soigné, et certains plans offrent des angles de vues impressionnants.

Le petit plus avec le glossaires en fin de tomes, qui permettent de bien appréhender le jargon financier.

Economix

Economix

Oui, nous pouvons comprendre l’histoire de l’économie, et il n’a jamais été aussi important que nous le fassions. Nous avons trop longtemps laissé les autres la comprendre pour nous : c’est pourquoi nous sommes dans la panade.

Economix n’est pas une œuvre de fiction. Son auteur, Michael Goodwin, s’est donné l’objectif de vulgariser l’économie, à la manière d’un cours, mais de manière amusante.

Michael Goodwin est parti du constat qu’une grande partie de ce qui concerne nos démocraties est lié à l’économie, mais que la plupart des gens ont du mal à la comprendre.

Il a donc décidé de raconter l’histoire de l’économie, en résumant plusieurs siècles de pensée économique, et en rendant le tout parfaitement digeste et agréable à lire, au format BD.

Le dessin en noir et blanc de Dan Burr illustre magistralement les explications de Goodwin, en leur apportant une touche légère et comique.

L’économie n’est pas de la chimie : elle est régie par la complexité infinie du comportement humain.

Economix est une aide précieuse pour mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. Cette BD est probablement à mettre entre toutes les mains, à commencer par celles des lycéens et des étudiants.

Le gros plus : la fresque chronologique dépliable en fin de livre (Chronologix), qui permet de suivre en un coup d’œil l’évolution sur plusieurs siècles des grandes théories économiques.

I.R.$.

I.R.$.

Pour se faire une réelle idée de la vie de quelqu’un, croyez-moi… il n’y a rien de mieux que de lire ses déclarations fiscales !

Larry B. Max est membre de la direction d’enquêtes de l’IRS (Internal Revenue Service), le fisc américain. Cet agent spécial un peu à la James Bond, aux cheveux blancs, déniche avec flair les circuits d’évasion fiscale.

Ce qui pourrait n’être qu’un thème barbant et soporifique (les impôts, ça intéresse qui ?), permet en fait de creuser des sujets sombres et opaques : l’or juif et les nazis, les cartels de la drogue, les pétrodollars, les comptes cachés du Vatican, etc. I.R.$. est organisé en diptyques, tout comme Largo Winch.

En parallèle de ses enquêtes, Larry B. Max noue au fil des tomes une étrange relation avec une mystérieuse opératrice de téléphone rose…

I.R.$. est au final un bon mélange d’action et d’espionnage à la sauce fiscale. Le dessin, très BD, est sobre mais efficace.

La trame principale est accompagnée de deux séries dérivées, I.R.$. All Watcher, et I.R.$. Team. Elles développent respectivement les histoires de certains personnages secondaires, et la corruption dans le monde du football.

Et vous, avez-vous des BD préférées dans la thématique économie et finance ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *