Les 5 meilleurs ETF pour investir en Asie

Meilleurs ETF pour investir en Asie

Un portefeuille diversifié peut difficilement se passer d’investir en Asie, soit via un ETF exposé à ce continent, ou par l’intermédiaire d’un ETF monde. Car l’Asie représente aujourd’hui 35% du PIB mondial, et surtout 55% de la population mondiale.

Dans les 20 prochaines années, la croissance économique de l’Asie devrait dépasser celle de l’Europe et des États-Unis. Et il y a de bonnes chances pour que cette croissance se reflète aussi dans le marché des actions (même s’il ne croît pas forcément tout le temps au même rythme).

Par ailleurs, les niveaux de valorisation des marchés asiatiques ne sont pas très élevés, si on compare par exemple les ratios cours/bénéfices (PER) de quelques pays avec d’autres zones géographiques :

  • Chine : 19
  • Taïwan : 20
  • Corée du Sud : 20
  • Japon : 22
  • Inde : 34
  • États-Unis : 30
  • Europe : 24

Le potentiel de croissance des actions asiatiques est donc bien présent. L’Inde est le seul pays dont les actions paraissent chères, mais sa croissance démographique et économique font que son potentiel de hausse est très élevé.

Les ETF sont le moyen le plus simple et le moins onéreux pour investir en bourse. Voici donc les 5 meilleurs ETF offrant une exposition au continent asiatique.

1. Amundi MSCI Emerging Asia

Cet ETF réplique l’indice MSCI Emerging Asia, qui permet de s’exposer à 9 pays émergents d’Asie : Chine, Corée du Sud, Inde, Indonésie, Malaisie, Pakistan, Philippines, Taïwan et Thaïlande.

Il contient 1 160 entreprises, qui couvrent environ 85% de la capitalisation boursière totale de ces pays.

La Chine représente près de la moitié du poids de l’ETF. Vous devez donc être conscient que vous allez investir en grande partie en Chine avec cet ETF.

ETF MSCI Emerging Asia - répartition géographique

Les principaux titres contenus dans l’ETF sont :

  • Taiwan Semiconductor
  • Tencent
  • Alibaba
  • Samsung
  • Meituan
ETF MSCI Emerging Asia - principaux titres

L’ETF possède un encours de 1,6 milliard d’euros, ses frais annuels sont de 0,20%, et ses dividendes sont capitalisés.

Il existe également une version éligible au PEA pour cet ETF.

2. Lyxor PEA Asie Pacifique

L’ETF suit l’indice MSCI AC Asia Pacific Ex Japan, qui représente les pays développés et émergents d’Asie, à l’exclusion du Japon. C’est l’ETF ayant la plus large diversification géographique de cette liste, avec 1 286 titres répartis dans 13 pays.

En plus d’offrir une exposition aux mêmes pays émergents que l’ETF d’Amundi, le Lyxor PEA Asie Pacifique est un ETF complet puisqu’il inclue deux pays développés d’Asie (Hong-Kong et Singapour, à l’exception du Japon) ainsi que ceux de l’Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande), souvent oubliée par les investisseurs.

Toutefois, cet ETF offre lui aussi une forte exposition au marché Chinois.

ETF Lyxor PEA Asie Pacifique - répartition géographique

On retrouve donc des entreprises australiennes (Commonwealth Bank of Australia, BHP Group), ou Hongkongaises (AIA Group) parmi les principaux titres détenus.

ETF Lyxor PEA Asie Pacifique - principaux titres

L’encours de l’ETF est de 42 millions d’euros, pour des frais annuels de 0,60%. Ses dividendes sont capitalisés.

Son principal avantage étant bien entendu son éligibilité au PEA.

3. iShares MSCI AC Far East ex-Japan Small Cap

Il s’agit du seul ETF permettant d’investir dans 1 297 petites entreprises asiatiques, dont la capitalisation varie entre 65 millions et 4,8 milliards de dollars (les small caps).

L’indice MSCI AC Far East ex-Japan Small Cap exclue le Japon, qui autrement représenterait 47% de l’indice (Le Japon possède un tissu dense de petites et moyennes entreprises).

L’ETF d’iShares permet d’investir dans deux pays développés d’Asie (Hong-Kong et Singapour), ainsi que dans les 9 principaux pays émergents.

Cet ETF peut être complémentaire aux deux précédents, car en plus de viser les small caps au lieu des big caps, sa répartition géographique est plus équilibrée : Taïwan et la Corée du Sud y sont mieux représentés que la Chine.

ETF MSCI AC Far East ex-Japan Small Cap - répartition géographique

Les principaux titres contenus dans l’ETF vous sont probablement inconnus : SITC, GCL Poly Energy, Parade Technologies, Man Wah.

ETF MSCI AC Far East ex-Japan Small Cap - principaux titres

L’encours de l’ETF est de 82 millions de dollars, ses frais sont de 0,74%/an et ses dividendes sont distribués.

Malgré des frais élevés pour un ETF (même si les ETF small caps sont souvent plus chers), il s’agit du seul ETF permettant d’investir exclusivement dans les small caps asiatiques.

Il existe un autre ETF, plus abordable, qui permet d’investir dans les small caps de l’ensemble des pays émergents (donc aussi au Brésil, en Russie, Afrique du Sud…) : le SPDR MSCI Emerging Small Cap (0,55% de frais).

4. Vanguard FTSE Developed Asia Pacific ex Japan

Cet ETF réplique l’indice FTSE Developed Asia Pacific ex Japan, qui cherche une exposition aux pays développés d’Asie, hormis le Japon (toujours lui, mais j’y reviendrai plus bas).

Comparativement à l’indice MSCI Pacific ex Japan, qui surpondère énormément l’Australie (60% du poids de l’indice) en étant moins bien diversifié (126 entreprises seulement), l’indice FTSE a choisi d’inclure la Corée parmi les pays développés, ce qui fait sens d’un point de vue économique (inclure également Taïwan aurait pu paraître logique).

Ainsi, la répartition géographique de l’ETF est mieux équilibré, avec une plus grande diversification (401 entreprises).

Finalement, cet ETF permet avant tout d’éviter de trop s’exposer à la Chine, pays qui pèse le plus lourd dans chaque ETF (hormis celui des small caps). Néanmoins, l’ETF de Vanguard reste exposé à l’économie chinoise via Hong-Kong.

ETF FTSE Developed Asia Pacific ex Japan - répartition géographique

Les principaux titres contenus dans l’ETF sont :

  • Samsung
  • AIA Group
  • Commonwealth Bank of Australia
  • BHP Group
  • CSL
ETF FTSE Developed Asia Pacific ex Japan - principaux titres

L’ETF distribué par Vanguard possède un encours de 88 millions d’euros, pour des frais annuels de 0,15% par an. Ses dividendes sont capitalisés.

À noter qu’il existe une version distribuante du même ETF, avec un encours est dix fois supérieur (les Américains préfèrent toujours les ETF distribuant).

5. UBS ETF (LU) MSCI Pacific Socially Responsible

UBS offre l’un des rares ETF qui permettent d’investir en Asie sans exclure le Japon.

Par ailleurs, la thématique ISR (Investissement Socialement Responsable) prend de plus en plus de place parmi les objectifs des investisseurs (tout comme dans l’encours des fonds).

Cet ETF permet une exposition à la zone développée du Pacifique. Il suit l’indice MSCI Pacific SRI Low Carbon Select 5%, qui applique un double filtre ISR et Low Carbon, tout en veillant à ce qu’aucune entreprise ne représente plus de 5% de l’ETF.

Cette double sélection exclue plus de 75% des titres de l’indice MSCI Pacific, pour n’en garder que 94 sur 398.

De fait, l’ETF est fortement exposé au Japon (plus de 60% du poids de l’ETF). Il est donc potentiellement complémentaire avec l’ETF Amundi MSCI Emerging Asia, qui ne comporte que des pays émergents.

ETF MSCI Pacific SRI Low Carbon - répartition géographique

Les principaux titres contenus dans l’ETF sont :

  • Hong Kong Exchanges and Clearing
  • Sony Group
  • Tokyo Electron
  • KDDI
  • Daikin Industries
ETF MSCI Pacific SRI Low Carbon - principaux titres

L’encours de l’ETF est de 50 millions d’euros, pour des frais annuels de 0,40% par an. Ses dividendes sont capitalisés.

À noter que comme Vanguard, UBS distribue également une version de l’ETF qui distribue les dividendes, dont l’encours est de 850 millions d’euros.

Quid d’un ETF japonais ?

La plupart des indices asiatiques répliqués par les ETF excluent le Japon (FTSE Developed Asia Pacific ex Japan, MSCI AC Asia Pacific ex Japan, etc), 3ème puissance économique mondiale, et qui est encore la 2ème capitalisation boursière mondiale.

En effet, la capitalisation boursière du Japon fait qu’il serait majoritaire au sein de tous les indices asiatiques. Or, il est souvent considéré comme le pays asiatique le plus développé, mais aussi comme celui ayant la croissance la plus lente.

Le pays du soleil levant est un cas un peu à part en Asie. Il a connu un développement égal voir supérieur à l’Europe durant les 30 glorieuses, accompagné d’une énorme bulle spéculative, qui a atteint son pic à la fin des années 80. Le Japon était alors la première capitalisation boursière mondiale, devant les États-Unis (la situation est totalement différente aujourd’hui, puisque les États-Unis représentent désormais 57% de la capitalisation boursière mondiale, contre 6% pour le japon).

Bulle marché Japonais - Nikkei
Source : MacroTrends

Il a fallu plusieurs décennies au Japon pour se purger des excès de cette bulle, si bien que le Nikkei a connu une croissance négative entre 1990 et 2020. On entendait d’ailleurs souvent dire que “tous les indices montent à long terme, sauf le Nikkei”.

Désormais, la valorisation boursière du marché japonais a retrouvé des niveaux acceptables, voire même parfois plus attractifs que certains pays développés (son PER est de 22, contre 27 pour celui du MSCI World). Le Nikkei progresse d’ailleurs à nouveau régulièrement depuis 2013.

Toutefois, le Japon est un pays déjà très développé, vieillissant et en déclin démographique. Ce n’est donc probablement pas le pays asiatique ayant le plus grand potentiel de croissance, à l’heure actuelle.

C’est pour ces raisons que nombre d’ETF exposés à l’Asie excluent le Japon.

Il est cependant difficile de prévoir si le Japon continuera à sous-performer dans les années à venir, car son faible niveau actuel de valorisation demeure intéressant.

À vous de voir si le Japon doit être inclus ou non dans un portefeuille exposé aux marchés asiatiques.

À mesure que la Chine continuera à prendre de l’ampleur, et lorsqu’elle aura largement dépassée le Japon en capitalisation boursière, peut-être que l’on pourra alors investir dans des ETF Asie ex-Chine (il existe déjà un ETF pays émergents qui exclue la Chine).

Conclusion

Ainsi s’achève notre petit tour d’horizon de 5 des ETF les plus intéressants pour investir en Asie.

L’Asie est un continent très vaste, avec une grande diversité de pays. Ces 5 ETF montrent qu’il est possible de s’exposer à la croissance asiatique de plusieurs manières :

  • Pays émergents : Amundi MSCI Emerging Asia
  • Pays développés et émergents : Lyxor PEA Asie Pacifique
  • Small caps : iShares MSCI AC Far East ex-Japan Small Cap
  • Pays développés zone Pacifique : Vanguard FTSE Developed Asia Pacific ex Japan
  • Thématique ISR avec inclusion du Japon : UBS ETF (LU) MSCI Pacific Socially Responsible

Leurs différences se remarquent notamment dans leurs performances de ces dernières années.

Performance ETF Asie

Attention toutefois à ne pas tomber dans le piège des performances récentes : l’ETF d’iShares sur les small caps asiatiques, à la traine en 2019, se retrouve en tête en 2021 (et inversement pour l’ETF ISR/Japon d’UBS).

Libre à vous d’intégrer un ou plusieurs de ces ETF dans votre portefeuille, en fonction de vos objectifs d’investissement à long terme et du niveau de diversification souhaité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *