Un Guide vers le Bonheur

Un guide vers le bonheur

Cet article résume la seconde partie du livre « The Almanack of Naval Ravikant – A Guide to wealth and happiness » (« Un Guide vers le Bonheur »), par Eric Jorgensen, 2020.

Les deux sujets de prédilection de Naval Ravikant sont la richesse et le bonheur. Ils constituent les principaux thèmes du livre. Le résumé de la première partie, sur la richesse, se trouve ici : Un Guide vers la Richesse – Naval Ravikant.

Même si ce blog est consacré à l’investissement, je choisis parfois de m’en écarter un peu pour couvrir d’autres sujets importants, et surtout, captivants.

Les trois grandes choses de la vie sont la richesse, la santé et le bonheur. Nous les recherchons dans cet ordre, mais leur importance est inverse.

L’apprentissage du bonheur

Le bonheur s’apprend

Peut-être que le bonheur n’est pas quelque chose dont on hérite ou que l’on choisit, mais une compétence hautement personnelle qui peut s’apprendre, comme la forme physique ou la nutrition.

La définition du bonheur peut être différente pour chacun d’entre nous : joie, contentement, absence de tout sentiment de manque…

Quand il ne manque rien, l’esprit arrête de chercher ce dont il a besoin, en regrettant le passé et en planifiant le futur.

Le bonheur n’est pas une pensée positive, car pour chaque pensée positive, il existe une pensée opposée. C’est pour cela que beaucoup de bonnes choses viennent de la souffrance.

Le bonheur, c’est l’absence de désir, qui permet d’accepter le choses telles qu’elles sont, et d’être présent.

Les concepts de bonheur et de malheur n’existent pas dans la nature, qui est neutre. Ces concepts proviennent de notre interprétation du monde, qui reflète nos sentiments.

Si nous pouvons donc choisir la manière dont nous interprétons les choses, alors le bonheur est aussi un choix.

L’importance du “moi” est une source de malheur. Si vous pensez que vous êtes important, alors l’Univers devrait se plier à tous vos désirs. Et comme ce n’est pas le cas, vous êtes malheureux.

Mais si vous pensez que votre “moi” est insignifiant à l’échelle de l’Univers, ainsi que tout ce que vous faites, alors vous n’avez pas d’attente particulière sur ce que la vie devrait être. Vous acceptez les choses telles qu’elles sont.

Cette neutralité nous rapproche de l’état d’un enfant, qui ne se demande pas comment les choses devraient être. Il profite simplement de l’instant présent.

Nos vies sont le scintillement d’une luciole dans la nuit. (…) Ce que cela signifie, c’est que chaque seconde que vous avez sur cette planète est vraiment précieuse, et qu’il est de votre responsabilité de vous assurer que vous êtes heureux et que vous interprétez tout de la meilleure façon possible.

La méditation peut aider à se rapprocher du bonheur, mais ce n’est qu’un élément parmi d’autre, dans la recherche de la paix intérieure. Vous pouvez également :

  • Atténuer votre identité
  • Réduire le bavardage dans votre tête
  • Ne pas vous engager dans la politique
  • Ne pas trainer avec des gens malheureux
  • Valoriser votre temps sur cette planète
  • Lire de la philosophie
  • Méditer
  • Rencontrer des gens heureux

Le bonheur est un choix

Le bonheur est un choix que vous faites, et une compétence que vous développez.

Notre esprit est malléable, mais nous préférons essayer de changer le monde et les gens, sans remettre en question la manière dont nous avons été programmés.

Notre voix intérieure n’est pas la vérité, et notre identité nous empêche de vivre pleinement dans le présent.

Le bonheur requiert d’être présent

Se focaliser sur le passé ou le futur nous empêche d’être présent, et d’être heureux. Comparer le passé au présent, tout comme vivre dans les illusions du futur, nous rend malheureux.

L’illumination est l’espace entre vos pensées.

Il est possible d’être présent instantanément, et vivre cette expérience incroyable de voir la beauté du monde et d’être reconnaissant.

Le bonheur requiert la paix

Par bonheur, certains veulent dire la joie, mais pour moi, il s’agit de la paix.

Votre esprit bavarde en permanence, et se focalise toujours sur la prochaine chose que vous devez faire. Ainsi, vous ne vous arrêtez jamais, et vivez dans un sentiment d’anxiété permanente.

Pour trouver la paix, prenez conscience des pensées permanentes qui affluent, et demandez-vous si vous préférez penser ou être en paix.

Une personne heureuse n’est pas quelqu’un qui est heureux tout le temps. C’est quelqu’un qui interprète sans effort les événements de telle manière qu’il ne perd pas sa paix innée.

Chaque désir est un malheur choisi

Les gens pensent que les circonstances extérieures les rendront heureux. Mais ce n’est pas le cas, nous dit la sagesse bouddhiste.

Nous sommes accros au désir et à l’idée qu’une chose puisse nous rendre heureux.

Le désir est un contrat que vous passez avec vous-même pour être malheureux jusqu’à ce que vous obteniez ce que vous voulez.

Cela ne signifie pas que nous ne devons rien faire, et rester assis à méditer. Nous sommes là pour faire des choses.

Essayez de limiter vos désirs à un grand désir à la fois, et d’agir uniquement lorsque vous êtes certain de vraiment désirer quelque chose.

Quand vous êtes jeune, vous avez le temps. Vous avez la santé, mais vous n’avez pas d’argent. Quand vous êtes d’âge mûr, vous avez de l’argent et vous êtes en bonne santé, mais vous n’avez pas le temps. Quand vous êtes vieux, vous avez de l’argent et vous avez du temps, mais vous n’avez pas la santé. Le tiercé gagnant consiste donc à essayer d’obtenir les trois à la fois.

Le succès ne fait pas le bonheur

Le succès vient en agissant sur l’extérieur, mais le bonheur provient du moi intérieur. Nous sommes câblés pour faire des choses, mais la vie nous ramène toujours vers un chemin intérieur.

Le bonheur, c’est d’être satisfait avec ce que vous avez. Le succès provient de l’insatisfaction. Choisissez.

Pour la société, le succès, c’est quand vous gagnez au jeu auquel vous jouez, que ce soit du sport, du business, de la technologie.

Mais les vrais gagnants sont ceux qui sont sortis du jeu, parce qu’ils ont une conscience d’eux-mêmes très développée, et qu’ils n’ont besoin de rien, et que gagner ou perdre leur est égal.

Tous les problèmes de l’homme surviennent parce qu’il ne peut pas s’assoir seul dans une pièce, tranquillement.

– Blaise Pascal

Le bonheur provient d’un état de paix. Cependant, nous pensons trouver la paix en résolvant nos problèmes extérieurs. Or, pour les résoudre, il nous faut nous battre, contre les autres, ou contre une situation.

La paix se trouve en réalité à l’intérieur de nous-mêmes, en arrêtant de penser aux problèmes qui sont à l’extérieur.

La jalousie est l’ennemie du bonheur

Enlevez le mot “devoir” de votre vocabulaire. Lorsque vous devez faire quelque chose, cela signifie que la société attend quelque chose que vous n’avez pas envie de le faire.

Nos actions sont jugées par les autres, qui nous entraînent dans une compétition à plusieurs : Qui est le plus beau ? Qui aura la plus grande maison ?

La vie est un jeu solo, nous naissons et mourrons seul. Notre carte de score doit donc être à l’intérieur et non à l’extérieur. Warren Buffett a un bon exemple pour définir si notre carte de score est à l’intérieur ou à l’extérieur :

Préférez-vous être le meilleur amant du monde, mais que tout le monde pense que vous êtes le pire ? Ou bien préférez-vous être le pire amant du monde, mais que tout le monde pense que vous êtes le meilleur ?

– Warren Buffett

La jalousie est un poison. Elle vous rend malheureux, mais elle ne vous rend pas meilleur. Nous ne pouvons pas envier quelqu’un sur un point en particulier, sans accepter de vouloir être cette personne à 100% avec sa famille, son image, etc. Or, nous ne souhaitons pas être quelqu’un d’autre.

Le bonheur se construit par des habitudes

Même s’il y a une part génétique et environnementale qui influe sur notre niveau de bonheur, il s’agit néanmoins d’une compétence, comme la nutrition, le sport ou les relations.

Vous pouvez augmenter votre bonheur au fil du temps, et cela commence en étant convaincu que vous pouvez le faire.

Essayez des activités jusqu’à en trouver une qui vous rend zen. Il ne s’agit pas forcément de méditer, mais d’adopter un état d’esprit positif en essayant quelque chose de nouveau. Dites-vous que cela peut fonctionner.

Les habitudes que nous développons influent sur notre niveau de bonheur et sur notre humeur :

  • Supprimez vos mauvaises habitudes inconscientes : Évitez l’alcool, le sucre, les réseaux sociaux, la caféine et les jeux vidéos, qui vous procurent des shoots de dopamine à court terme, au détriment du long terme.
  • Remplacez-les en adoptant de bonnes habitudes, qui augmenteront votre bonheur à long terme, plutôt qu’à court terme.

Choisissez vos amis consciencieusement, parmi des personnes joyeuses et optimistes. Prenez conscience de tout ce dont nous disposons. Le monde ne nous doit rien, mais il nous offre tellement de choses.

Choisissez d’être heureux, puis travaillez-y. C’est comme de la musculation.

Voici quelques bonnes habitudes à installer pour être plus heureux :

  • La méditation
  • La pleine conscience
  • S’exposer au soleil
  • Ne pas accepter d’être malheureux à cause d’un désir inassouvi
  • Faire de l’exercice : la paix du corps conduit à la paix de l’esprit
  • Le non-jugement
  • Récupérer du temps en laissant son téléphone de côté
  • Éviter les secrets
  • Faire le plein de tryptophane

Il n’y a aucune exception. Toutes les activités sur écran sont liées à moins de bonheur, toutes les activités sans écran sont liées à plus de bonheur.

Le nombre de jours que vous passez à faire des choses sans y être obligé, plutôt que des choses sans intérêt pour vous est un bon indicateur.

Trouver le bonheur dans l’acceptation

Vous avez toujours trois options : vous pouvez le changer, vous pouvez l’accepter, ou vous pouvez l’abandonner.

Les choses que vous voulez changer vous feront souffrir jusqu’à ce que ce soit le cas, alors choisissez-les bien, et choisissez-en peu : un seul désir à la fois.

L’acceptation vous permet d’être centré et équilibré. Mais Accepter les choses est souvent difficile. Voici deux hacks pour y parvenir :

  • Prendre du recul en vous remémorant les moments de souffrance du passé, en vous focalisant sur les progrès qu’ils vous ont permis de faire.
  • Trouver le positif dans chaque situation, afin de vous entraîner à ne pas réagir systématiquement négativement.

La meilleure façon d’accepter les choses est d’embrasser la mort. Nous tentons de l’éviter en recherchant une forme d’immortalité, nous voulons léguer quelque chose à travers nos activités.

Mais notre travail, notre civilisation, puis notre planète seront un jour de la poussière.

Si vous reconnaissez la futilité de ce que vous faites, alors je pense que cela peut amener beaucoup de bonheur et de paix, parce que vous réalisez que c’est un jeu.

Garder la mort à l’esprit, plutôt que la dénier et la fuir, pourra donner beaucoup de sens à votre vie. Vous voudrez l’expérimenter de la façon la plus positive qui soit.

Vous allez mourir un jour, et rien de tout cela n’aura plus d’importance. Alors profitez-en. Faites quelque-chose de positif. Projetez de l’amour. Rendez quelqu’un heureux. Riez un peu. Appréciez l’instant. Et faites votre œuvre.

Sauvez-vous vous-mêmes

Choisir d’être soi-même

Arrêtez de vous vouloir faire les choses de la manière que les autres voudraient que vous les fassiez. Faites-les à votre façon.

Vous ne pourrez jamais être aussi bon qu’une personne en l’imitant. Et personne ne pourra être aussi bon que vous en essayant d’être vous.

N’essayez pas d’imiter, mais d’absorber. Votre ADN et votre expérience forment une combinaison unique au monde.

Votre but dans la vie est de trouver les personnes, le business, le projet ou l’art qui a le plus besoin de vous. Il y a quelque chose, là dehors, juste pour vous.

Choisir de prendre soin de soi

La santé physique, mentale et spirituelle devrait passer avant le bonheur et le travail.

La société actuelle nous éloigne de la manière dont nous sommes censés vivre :

  • Avoir un régime proche du paléo, principalement végétarien.
  • Utiliser nos cinq sens au lieu de privilégier la vue.
  • Marcher sans chaussures, pour éviter les problèmes de dos.
  • Être exposé au froid, pour booster notre système immunitaire.
  • Ne pas vivre dans un environnement stérile, qui favorise les allergies.

Régime alimentaire

La diète cétogène, proche du régime paléo, est probablement bonne pour vous. Ce qu’il faut éviter, c’est la combinaison du gras et du sucre. Le gras amène la satiété, qui finira par vous arrêter. Mais le sucre amène la faim. Et comme le sucre est dominant, les aliments qui combinent les deux sont mortels, car ils vous font manger excessivement.

L’alimentation et la nutrition sont comme la politique : tout le monde pense qu’il est un expert. (…) Chacun a sa propre petite religion.

Car en réalité, nous ne savons pas encore parfaitement bien quel est le régime optimal pour nous. Le critère le plus simple serait de considérer que plus un aliment est transformé, moins nous devrions le manger.

Exercice

L’exercice physique vous fera vous sentir plus jeune et en meilleure santé.

Plus l’entraînement est difficile, plus la journée sera facile.

La principale excuse pour ne pas faire de sport est le manque de temps. Mais il s’agit plus d’un problème de priorité. On trouve toujours le temps pour les choses prioritaires de notre vie. La question est donc de savoir si vous en faites une priorité.

Si c’est le cas, c’est la première chose que vous ferez dans la journée. Peu importe le type d’exercice (tennis, yoga, interval training…), choisissez-en un que vous ferez tous les jours.

Comme pour tout dans la vie, si vous êtes prêt à faire des sacrifices à court terme, vous en tirerez des bénéfices à long terme.

« Easy choices, hard Life. Hard choices, easy Life. »

Méditation et force mentale

La méditation, lorsqu’elle se focalise sur la respiration, donne accès au système nerveux autonome. Elle permet de rediriger une partie de notre énergie vers le système immunitaire.

L’exposition au froid permet également d’activer le système immunitaire, mais nous avons perdu l’habitude de nous y exposer, étant en permanence habillés et au chaud.

Prenez des douches froides, associées à une technique de respiration pour augmenter la chaleur du corps, comme celle de Wim Hof. Vous verrez que la sensation de froid n’est pas aussi pénible que la souffrance mentale à l’idée d’avoir froid.

La méditation est un jeûne intermittent pour l’esprit. Trop de sucre conduit à un corps lourd, et trop de distractions à un esprit lourd. Le temps passé seul, sans distraction, à s’examiner, à tenir un journal, à méditer, résout les problèmes non résolus et nous fait passer de mentalement gras à mentalement en forme.

Il existe plusieurs formes de méditation du non-jugement, transcendantale, de pleine conscience…

Lorsque vous arrivez à ne plus penser pendant 10 minutes, vous vous apercevez de la beauté des choses et de la chance que vous avez dans votre vie.

Les choses qui nous arrivent dans la vie (douleurs, erreurs, peurs) nous font perdre notre émerveillement d’enfant. La méditation permet de faire remonter ces choses une par une. Vous pouvez ainsi les observer et les accepter.

Au bout d’un moment, plus rien ne remontera, et vous pourrez rester assis en ressentant la joie, la paix et la félicité.

En méditant une heure par jour pendant 60 jours, vous pourrez aller au fond des choses, résoudre suffisamment de problèmes, et comprendre l’origine de vos peurs.

Asseyez-vous. Fermez les yeux et dites-vous : “Je vais simplement me donner une pause d’une heure. C’est mon heure en dehors de la vie. C’est l’heure durant laquelle je ne vais rien faire du tout.”

Beaucoup de gens cherchent à fuir leur voix intérieure en se droguant, ou en recherchant des sensations fortes. La méditation permet d’observer votre état mental, de prendre conscience de votre esprit qui part dans tous les sens, puis de s’en détacher peu à peu.

95% des pensées que nous avons sont tournées vers des problèmes futurs ou imaginaires, auxquels nous n’avons pas besoin de nous attaquer dans l’instant.

Les bouddhistes distinguent la conscience de l’ego. À un certain niveau de conscience, nous sommes calmes, heureux et en paix. Mais notre esprit prend trop souvent le dessus. Il est utile pour résoudre des problèmes, mais il amène aussi de l’anxiété et de la peur. Nous devons donc faire appel à lui seulement en cas de besoin.

Nous sommes trop fréquemment pris dans notre monologue interne, programmé par la société et notre enfance, et pas assez présents dans notre corps.

Vous êtes plus que votre esprit.

Les expériences que nous accumulons provoquent des réactions automatiques dans certaines situations, qui contrôlent notre humeur. Pourquoi ne pas essayer de contrôler nous-même notre humeur ?

La pleine conscience peut vous permettre de mettre à nu votre esprit, vos émotions et réactions. Vous pouvez ensuite reconfigurer votre programme intérieur, car votre esprit est un muscle.

Randonner est une méditation du mouvement. Tenir un journal est une méditation de l’écriture. Prier est une méditation de la gratitude. Prendre une douche est une méditation accidentelle. S’assoir tranquillement est une méditation directe.

Choisir de se construire soi-même

Vous naissez, vous avez un ensemble d’expériences sensorielles, et puis vous mourrez. La façon dont vous choisissez d’interpréter ces expériences vous appartient, et chaque personne les interprète différemment.

Nous sommes faits d’habitudes qui fonctionnent de manière inconsciente. Les habitudes, bonnes ou mauvaises, ont le pouvoir de nous transformer. Mais installer une nouvelle habitude, ou éliminer une mauvaise, prend du temps.

Pour arriver à changer une habitude, engagez-vous à le faire publiquement, tout en fixant un objectif raisonnable. Travaillez-y pendant trois ou six mois, puis passez à l’objectif suivant.

Commencez tout de suite, car la vie s’écoule. N’attendez pas. Agissez maintenant, mais soyez patients vis-à-vis des résultats obtenus.

L’inspiration est périssable. Lorsque vous êtes inspiré, agissez sur-le-champ.

Choisir de se développer

Bâtissez-vous un environnement épanouissant, dans lequel vous avez statistiquement le plus de chance de réussir.

Votre environnement est votre système. Il vous influence, mais vous pouvez le choisir. Il est plus important de choisir le bon environnement que de fixer vos objectifs spécifiques.

Souvent, les gens se cultivent en choisissant leurs livres uniquement pour l’approbation sociale. Ils lisent des idées régurgitées, mais jamais les classiques d’origine, comme Adam Smith ou Darwin.

Devenez plus contrarien, en suivant votre propre chemin, peu importe l’opinion sociale. Diverger de la masse peu être effrayant, car vous ne savez pas si vous en tirerez un bénéfice positif ou négatif. N’ayez aucune attente quant au fait d’être reconnu ou accepté. Soyez simplement heureux d’être vous.

Dans la vie, les bénéfices surviennent en étant hors du troupeau.

Lisez un maximum, et pas seulement ce que la société vous recommande. Lisez par pur plaisir, pour vous. Plus vous lisez, plus vous saurez ce qui vous intéresse.

Intéressez-vous à la persuasion. Savoir persuader vous permettra d’accomplir beaucoup de choses.

Intéressez-vous aussi aux mathématiques basiques (statistiques, arithmétique, probabilités). Il s’agit du langage de la nature, qui pourra vous aider à comprendre les sciences, l’économie, les ordinateurs, la théorie des jeux, ou comment gagner plus d’argent.

Les mathématiques, c’est nous faisant de la rétro-ingénierie sur le langage de la nature, et nous n’avons fait qu’effleurer la surface.

Choisir de se libérer

Il n’y a pas de chemin tracé dans la vie. Chacun doit trouver le sien par soi-même, en choisissant, en écartant…

La chose la plus difficile n’est pas de faire ce que l’on veut — C’est de savoir ce que l’on veut.

Vous pouvez désirer plus la liberté à l’extérieur, comme celle de faire ce que vous voulez, quand vous voulez. Mais il existe un second niveau de liberté, plus intérieur, qui concerne les états internes :

  • Se libérer des attentes : Qu’il s’agisse de vos propres attentes envers vous (si vous mesurez votre efficacité), ou de ce que les autres attendent de vous (dans ce cas, c’est leur problème), vous en libérer vous permettra de mieux valoriser votre temps, et de ne pas agir dans le but de plaire aux autres.
  • Se libérer de la colère : La colère est une perte de contrôle qui vous place dans un état de crise, jusqu’à ce que la réalité change. Elle mène à la violence.
  • Se libérer du travail : Vivre en dessous de vos moyens vous offrira une liberté que ne connaitrons jamais ceux qui augmentent sans cesse leur niveau de vie.
  • Se libérer des pensées incontrôlables : Enfants, nous sommes ancrés dans le moment présent. Mais une fois adultes, nous jugeons tout constamment, et nous nous envoyons des films permanents et fantaisistes sur notre passé ou notre avenir. Cela nous rend malheureux.

Pour moi, l’esprit devrait être un serviteur et un outil, plutôt qu’un maître. Mon esprit singe (note : concept bouddhiste désignant une perpétuelle agitation mentale) ne devrait pas me contrôler et me diriger 7j/7 et 24h/24.

La conscience de soi est une quête infinie, sans ligne d’arrivée. Nous ne pouvons que nous en rapprocher. Se rendre compte que nous sommes tels des rats dans une course, est une première prise de conscience.

Philosophie

Les vraies vérités sont des hérésies. Elles ne peuvent pas être dites. Seulement découvertes, chuchotées, et peut-être lues.

Le sens de la vie

Il n’y a pas de signification fondamentale intrinsèque de l’Univers.

Quel est le sens de la vie ? C’est une grande question, qui peut avoir plusieurs réponses :

  1. Le sens de la vie est personnel, vous devez simplement trouver le vôtre.
  2. La vie n’a pas de sens, nous-mêmes ainsi que tout ce que nous faisons est voué à disparaître sans laisser de trace. L’univers n’a pas de sens non plus, il est juste là. C’est à vous de créer un sens pour votre vie.
  3. Le sens de la vie, d’un point de vue physique, pourrait être d’accélérer l’entropie de l’univers. Toute énergie utilisée entraîne une dispersion, qui conduit à la mort thermique de l’Univers. L’action des hommes inverse localement l’entropie, mais l’accélère d’un point de vue global (il s’agit d’une interprétation à partir de la seconde loi de la thermodynamique).

Vivre selon vos valeurs

Voici quelques exemples des valeurs essentielles pour Naval :

  • L’honnêteté : être malhonnête nécessite d’abord de se mentir à soi-même, et de se couper du présent, puisqu’il faut surveiller ses mots.
  • La pensée et les actions à long terme : les bénéfices de la vie, dans tous les domaines, proviennent des intérêts composés. Cela implique de côtoyer des gens qui pensent également à long terme, et de travailler sur des choses qui payent sur le long terme.
  • Les relations entre pairs, sans hiérarchie, afin de n’être au-dessus ou en dessous de personne.
  • L’absence de colère envers autrui, et le fait d’éviter de côtoyer des gens en colère dans sa vie.

Vous ne devriez pas faire de compromis avec vos valeurs, mais vivre votre vie en fonction d’elles, et trouver des personnes avec qui elles s’alignent.

Le bouddhisme rationnel

Le bouddhisme est la philosophie spirituelle la plus ancienne et la plus éprouvée en ce qui concerne l’état interne de chacun d’entre nous.

Le bouddhisme rationnel est un bouddhisme réconcilié avec la science, qui ne prend en compte que les éléments prouvés : il est prouvé que la méditation, l’absence de pensées perturbatrices et la pleine conscience sont bénéfiques.

En revanche, les chakras et le fait que nous payons notre karma d’une vie passée ne sont pas des choses vérifiables par la science. Cela ne veut pas dire qu’elles sont nécessairement fausses, mais ce ne sont pas des vérités fondamentales sur lesquelles s’appuyer.

Le bouddhisme rationnel peut être une manière de devenir un meilleur être humain, plus heureux et plus présent. N’hésitez pas à tester des choses qui peuvent marcher pour vous, mais soyez sceptiques, et ne gardez que ce qui est utile.

Comment définir la sagesse ? Comprendre les conséquences à long terme de vos actions.

Le présent est tout ce que nous avons

Il est impossible de retourner dans le passé, et nous n’en gardons que quelques souvenirs incertains, dont nous pouvons choisir de nous rappeler ou non. Quant au futur, il est impossible à prédire avec certitude. Le présent est donc la seule chose qui existe.

Il n’y a rien en réalité d’autre que cet instant.

Le livre “The Almanach of Naval Ravikant — A Guide to Wealth and Happiness” est disponible gratuitement en PDF sur https://www.navalmanack.com/.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.