2018, Annus Horribilis pour la bourse ?

2018 Annus Horribilis pour la bourse

L’année 2018 a été largement considérée comme une annus horribilis pour les investisseurs en bourse, c’est-à-dire une très mauvaise année.

Cela a-t-il été valable pour tout les actifs boursiers ? Ou est-ce que ce commentaire n’est qu’une généralité qui cache de belles surprises ?

En clair, est-ce la fin des haricots ou juste une mauvaise année ?

Rien ne parle mieux que des chiffres précis pour évaluer une situation, alors faisons le point en détail.

Les actifs qui ont souffert en 2018

Les actifs financiers qui ont souffert en 2018

Les grands indices boursiers

Notre CAC40 avec dividendes réinvestis a perdu 8,19%.

Les bourses de Londres (FTSE100) et de Francfort (DAX30) ont respectivement perdu 8,88% et 18,67%.

Outre-Atlantique, le S&P500 a perdu 4,55%, et le Nasdaq 3,18%.

Les marchés émergents (représentés par l’indice MSCI Emerging Markets) n’ont pas été à la fête non plus puisqu’ils ont reculé de 11,01%.

Les petites capitalisations

Le CAC MID & SMALL, représentant les petites et moyennes capitalisations françaises, a perdu 21,58%.

Au niveau européen, les Small Cap (petites capitalisations) ont perdu 17,36%.

Du côté des État-Unis, elles ont perdu 9,43%.

Difficile d’affirmer le contraire: 2018 a bel et bien été une annus horribilis pour les actions.

L’immobilier côté

L’immobilier côté en Europe a fini l’année à -8,45%.

Quant à l’immobilier côté des pays développés (Indice FTSE EPRA/NAREIT Global Developed), il a perdu 1,28%.

Les obligations d’entreprises

Les obligations d’entreprises des pays développés ont perdu 1,39%.

Outre-Atlantique, les obligations d’entreprises de qualité inférieure (à haut rendement) ont perdu 2,79%.

Les obligations d’état

Les obligations à court terme (de 1 à 7 ans) de la zone euro sont proches de 0% de rendement.

Celles à moyen terme (7 à 10 ans) ont progressé de 1,09%. C’est un résultat positif mais inférieur à l’inflation (1,8% selon l’INSEE): elle n’ont donc pas produit de performance.

Aux État-Unis, les obligations à court et moyen terme ont progressé de 1% et 1,35%, ce qui est inférieur à l’inflation, et les obligations à long terme ont perdu 1,9%.

L’or en dollar et les matières premières

L’or en dollar a perdu 1,6%.

Les principaux indices des matières premières (métaux, énergie, agriculture) en euro ont reculé de 6 à 7%.

Le livret A

Un taux fixé à 0,75% pour notre livret préféré face à une inflation de 1,8%: sans commentaire.

Les fonds en euros

Ils sont en baisse constante depuis plusieurs années, et avec un taux moyen de 1,6%, ils passent en 2018 sous le seuil de l’inflation.

Les crypto-monnaies

Beaucoup de crypto-monnaies étaient dans une bulle spéculative fin 2017, qui s’est effondré en 2018.

Le Bitcoin a perdu 72,69% de sa valeur, et les autres crypto-monnaies ont suivi la même direction: l’Ethereum a perdu 81,91%, le Ripple 82,06%, et l’EOS 67,23%.

Les actifs qui ont tiré leur épingle du jeu en 2018

Les fonds en euros des meilleures assurances vie

Les meilleurs fonds en euros des assurance vie dépassent les 2,5%.

L’or en euro

L’once d’or en euro a pris 2,98%.

Les obligations d’état à moyen et long terme en Europe

Les obligations en zone euro de 15 ans et plus ont progressé de 2,75%, et celles de 25 ans ou plus de 4,25%.

Assez logiquement, face à la baisse des actions, les obligations d’état européennes ont connu une année très correcte.

Et concernant les portefeuilles d’investissement équilibrés ?

Une stratégie d'investissement en bourse équilibrée

Prenons pour exemple le portefeuille d’investissement All Weather, préconisé par Ray Dalio. Ce portefeuille est historiquement le plus solide de tous les portefeuilles d’investissement connus.

Il est réparti de la manière suivante:

  • 30% en actions
  • 40% en obligations à long terme
  • 15% en obligations intermédiaires
  • 7,5% en or
  • 7,5% en matières premières

Nous pouvons calculer la performance de ce portefeuille pour l’année 2018 en sélectionnant des trackers correspondant à chaque classe d’actif. Par exemple:

  • Actions: Lyxor S&P 500 UCITS ETF (performance 2018: +0,27%)
  • Obligations long terme: Lyxor Ultra Long Duration Euro Govt FTSE MTS 25+Y (DR) UCITS ETF (performance 2018: +4,25%)
  • Obligations intermédiaires: Lyxor EuroMTS 7-10Y Investment Grade (DR) UCITS ETF (performance 2018: +1,09%)
  • Or: Lyxor MSCI ACWI Gold UCITS ETF (performance 2018: -6,61%)
  • Matières premières: Lyxor Commodities Thomson Reuters/CoreCommodity CRB EX-Energy TR UCITS ETF (performance 2018: -5,93%)

Cette répartition est un bon mix comprenant des actions américaines, des obligations européennes, et des matières premières dont l’exposition est mondiale. La devise de référence étant en euro, les fluctuations du cours de l’Euro/Dollar sur l’année 2018 ont donc influé sur la performance des actions.

Pour calculer la performance de ce portefeuille, il suffit de calculer la moyenne des cinq actifs qui le constituent en pondérant leur poids selon leur pourcentage de répartition.

Résultat: ce portefeuille obtient une performance de +1% sur l’année. C’est supérieur à 0, mais inférieur à l’inflation. Bref, 2018 n’est pas une bonne année, mais on est loin d’une annus horribilis (ce portefeuille est d’ailleurs conçu pour ne jamais connaître d’année horrible). En guise de comparaison, le CAC40 a perdu plus de 8%.

Le market timing, loin d’une annus horribilis en 2018

Le market timing en bourse en 2018

Le market timing (timing de marché) est une stratégie qui consiste à investir dans la classe d’actif qui connu le plus fort momentum lors des derniers mois où pendant les 365 derniers jours.

Cette stratégie vise à obtenir des rendements supérieurs à ceux du marché. Elle consiste à se positionner sur l’actif qui a montré la plus grande vélocité (ou croissance) à court terme. Elle permet « d’anticiper » les retournements de marché et de se positionner alors sur un support qui se comporte bien en marché baissier, comme les obligations.

Par exemple, un simple stratégie consistant à se positionner sur la classe actions (via le S&P500) tant que le momentum sur les 10 derniers mois et positif, et à passer sur un support obligataire (en obligations à long terme) quand le momentum devient négatif, a généré 13,5% de gains sur l’année.

Du point de vue du market timing, l’année 2018 est très loin d’être un annus horribilis.

Ce que l’annus horribilis 2018 peut nous apprendre

La grande majorité des actifs ont terminé 2018 dans le rouge, voir dans l’écarlate pour les crypto-monnaies. 2018 est une vraie une vraie annus horribilis pour les crypto-addicts !

Cependant, cet article qui passe en revu les performances de plusieurs catégories et sous-catégories d’actifs n’est pas là pour donner tord ou raison aux prévisions passées. Il n’est pas là non plus pour prévoir 2019.

L’objectif est tout autre.

Faire des stats en partant du 1er janvier jusqu’au 31 décembre et répéter l’opération année après année est une habitude très commode qui permet des comparaisons aisées entre actif. C’est un point de repère.

Cependant, les performances affichées n’ont de sens que selon la période choisie. Retirez le mois de décembre à l’année 2018 et la plupart des actifs seront dans le vert. Incorporez janvier et février 2019 à l’année 2018 donnera le même résultat positif (la quasi-totalité des actifs sont en performance positive sur le premier trimestre 2019).

Il n’est donc au final pas si grave que l’année 2018, du 1er janvier au 31 décembre, soit dans le rouge.

D’autant que des stratégies basées sur des portefeuilles équilibrés ou sur du market timing s’en sont tiré honorablement, voir plus qu’honorablement.

Avoir une vision

L'importance d'avoir une vision lorsqu'on investit en bourse

L’important, c’est votre vision à long terme: on ne naît pas le 1er janvier pour mourir le 31 décembre. Prenons un peu de hauteur pour considérer les performances et la volatilité à l’aune d’une décennie, voir de deux ou trois décennies.

Car finalement, se concentrer sur une année n’a pas beaucoup plus de sens, statistiquement parlant, que de prendre en compte 11 mois, 15 mois ou 7 mois. Si ce n’est pour faire des graphiques avec lesquels nous sommes tous familiers, qui nous permettent de faire facilement des comparaisons, et qui font les choux gras des médias financiers.

Si vous avez commencé à investir en 2018, vous n’avez certes pas eu de chance (sauf si c’était le 25 décembre, Noël a marqué le début du rebond et le S&P500 a bondi de 20% en 2 mois et demi).

Mais même dans ce cas, si vous avez une stratégie d’investissement solide, 2018 restera anecdotique à l’échelle de votre vie.

VOTRE GUIDE GRATUIT

Recevez mon guide des 6 étapes pour commencer à investir, et les nouveaux articles du blog.
Adresse e-mail non valide
En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer à investir, ainsi que des offres promotionnelles sur mes formations.
Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

2 commentaires sur “2018, Annus Horribilis pour la bourse ?

  1. Comme tu l’as dit, regarder les performances sur l’année n’a que peu d’intérêt, si ce n’est pour comparer nos performances à celles du marché. Pour ma part, je m’étais à peine aperçu de la baisse du mois de décembre : j’étais en vacances et j’ai recommencé à regarder mon porte-feuille mi-janvier. J’aurais pu faire de bonnes affaires, tant pis…

    1. L’avantage de pouvoir regarder son portefeuille une fois par mois, c’est qu’on n’est pas plus que ça impacté par les baisses du marché. Le portefeuille s’équilibre tout seul pendant que les journaux paniquent.
      Cela va même faire deux mois que je n’ai pas regardé le mien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *