Augmentez votre intelligence financière

Augmentez votre intelligence financière

Augmentez votre intelligence financière : Faites plus avec votre argent, de Robert T. Kiyosaki, 2009, 286 pages.

Titre original : Increase Your Financial IQ – Get Smarter With Your Money

Ce livre vous apprendra que l’on peut s’enrichir en devenant plus avisé. Ce livre vous aidera à augmenter votre QI financier.

L’argent fait-il de vous une personne riche ?

L’argent ne vous rendra pas forcément riche, surtout si vous l’utilisez pour vous endetter.

Sans connaissances, il est possible de s’appauvrir en achetant des actifs tels que l’or, la seule monnaie mondiale, ou encore des actions ou de l’immobilier.

La plupart des gens investissent dans des actifs, mais jamais dans l’information. Or, c’est le manque d’informations et d’éducation financière qui leur fait perdre de l’argent.

Ce livre ne donne pas de recette ni de formule magique pour s’enrichir rapidement. Ce livre propose plutôt des outils qui vous permettront d’augmenter votre intelligence financière, votre QI financier.

Éveillez votre génie financier

En plus d’aborder les 5 types d’intelligences financières à développer pour s’enrichir, deux points importants seront exposés :

  • Les règles du capitalisme ont changé depuis 1971, et c’est pourquoi travailler dur et économiser ne suffit plus aujourd’hui.
  • Pour s’enrichir, il est nécessaire de savoir faire travailler harmonieusement son inconscient avec les deux hémisphères de notre cerveau.

Qu’est-ce que l’intelligence financière ?

Pas assez d’argent, trop d’argent

Nous avons tous des problèmes d’argent, que nous soyons riches ou pauvres.

Les pauvres souffrent des problèmes liés au manque d’argent (hausse du coût de la vie et des impôts, imprévus, faible épargne-retraite…).

Les riches ont des problèmes liés au surplus d’argent (besoin de l’investir et de le protéger, éviter les taxes, planifier sa succession, être aimé pour son argent plutôt que pour soi…).

Trouver des solutions aux problèmes d’argent accroit l’intelligence financière

Mais l’argent ne résout pas les problèmes d’argent. C’est l’intelligence financière qui permet de résoudre les problèmes d’argent.

Sans intelligence financière, les problèmes d’argent s’aggravent et influent négativement sur notre qualité de vie.

Utiliser une carte de crédit ou contracter un prêt ne sont pas des solutions qui résoudront un manque d’argent. Au contraire, elles vont l’aggraver et vous conduire vers la pauvreté.

C’est en résolvant des problèmes financiers que l’on augmente son QI financier. Le pauvre est simplement celui qui est dépassé par des problèmes qu’il n’arrive pas à résoudre.

Les règles de l’argent ont changé

En 1971, le président américain Nixon a suspendu la convertibilité du dollar en or. Depuis, le dollar n’est plus adossé à l’or, il n’est donc plus une monnaie, mais une simple devise.

Une devise doit circuler pour conserver sa valeur. Si elle est stockée quelque part, elle perd de sa valeur. C’est pourquoi économiser sans investir conduit à perdre de l’argent.

Le prix des véritables actifs tels que l’or, le pétrole, l’argent, l’immobilier et les actions augmente parce que la valeur de la devise diminue.

Comment les riches gèrent leurs problèmes d’argent

Les pauvres se victimisent et fuient leurs problèmes d’argent. Quant à la classe moyenne, elle pense que la sécurité de l’emploi la sauvera, sans se rendre compte qu’elle en est prisonnière.

De leur côté, le riche s’attaque de front au problème. Il est prêt à aller chercher les outils nécessaires pour le résoudreAinsi, il augmente son intelligence financière.

Le riche n’abandonne pas. Il apprend. Et en apprenant, il s’enrichit.

Les personnes riches ont développé cinq intelligences financières. Bien peu de gens les connaissent, et encore moins essayent de les développer.

Les cinq QI financiers

L’intelligence financière est cette partie de notre intelligence que nous utilisons pour résoudre des problèmes financiers. Le QI financier est la mesure de cette intelligence.

La mesure de l’intelligence financière

Il existe cinq QI financiers :

  • Le QI financier n°1 : pour gagner davantage d’argent. Il se mesure par la quantité d’argent que vous gagnez.
  • Le QI financier n°2 : pour protéger votre argent. Un individu qui paie moins d’impôt qu’un autre sur ce qu’il gagne à un QI financier n°2 plus élevé.
  • Le QI financier n°3 : pour gérer votre argent. Il se mesure par votre capacité à organiser votre budget afin de dégager un surplus à investir.
  • Le QI financier n°4 : pour faire fructifier votre argent. Il correspond au rendement du capital que vous avez investi.
  • Le QI financier n°5 : pour améliorer votre information financière. Il mesure votre capacité à comprendre des informations financières de plus en plus complexes.

Le problème de la plupart des gens est qu’ils confient la gestion de leur argent à des experts. Ainsi, ils n’apprennent jamais à augmenter leur QI financier.

De plus, beaucoup d’experts leur recommandent de placer leur argent dans un fonds commun de placement. Mais ce type de placement offre des performances médiocres, et comporte un risque élevé en cas de forte inflation ou de krach boursier.

Si vous développez ces cinq intelligences financières, vous aurez une meilleure chance de vous en tirer dans un monde en constante évolution.

Les autres types d’intelligence

L’intelligence financière n’est donc pas la seule forme d’intelligence. Il y a aussi :

  • L’intelligence globale : votre habileté à raisonner et à résoudre des problèmes.
  • L’intelligence professionnelle : votre capacité à acquérir des compétences dans un domaine pour gagner de l’argent.
  • L’intelligence corporelle : votre capacité à prendre soin de votre santé.

Ces autres formes d’intelligence sont essentielles. Et l’intelligence financière n’est pas la plus importante de toutes, même si l’argent a une influence sur plusieurs domaines importants de notre vie.

Qui a le plus besoin d’un QI financier élevé ?

Pour ceux qui sont familiers avec les quatre quadrants du CASHFLOW, l’intelligence financière est primordiale pour évoluer dans les quadrants B (Business owner / Propriétaire d’entreprise) ou I (Investor / Investisseur).

Le quadrant du Cashflow - Augmentez votre intelligence financière
Le Quadrant du Cashflow

Si vous êtes dans les quadrants E (Employee / Employé) et S (Self-employed / Travailleur autonome), et souhaitez évoluer vers les quadrants B ou I, vous devez développer votre intelligence financière.

Les professeurs, dans le quadrant E, n’ont pas eu à développer leur intelligence financière, et ne peuvent donc pas la transmettre.

Le QI financier n°1 : pour gagner plus d’argent

Il y a un processus derrière chaque but

Vous devez vous fixer un but à atteindre qui vous permettra de gagner plus d’argent : obtenir un emploi mieux rémunéré, devenir entrepreneur, etc.

Une fois le but fixé, concentrez-vous sur le processus et sur les efforts nécessaires pour atteindre votre objectif.

Ce qu’un grand nombre de gens ne réalisent pas, c’est que c’est le processus qui apporte la richesse, et non l’argent.

L’intelligence émotionnelle

Gagner plus d’argent n’est pas possible si vous ne maîtrisez pas vos émotions. Par exemple : accepter la frustration de travailler sans gratification immédiate, et persévérer lorsque vous avec envie d’abandonner.

L’intelligence émotionnelle nous permet de ne pas baisser les bras devant les difficultés, mais aussi d’apprendre de ses erreurs, car c’est en résolvant des problèmes qu’on augmente son intelligence financière.

L’une des raisons pour lesquelles les gens n’augmentent pas leur QI financier n°1 est parce qu’ils s’en tiennent à ce qu’ils connaissent. Au lieu de relever un nouveau défi et d’apprendre, ils jouent sûr.

C’est en se lançant dans de nouvelles aventures et en apprenant qu’on devient plus intelligent; pas en évitant les erreurs.

Pourquoi le riche devient toujours plus riche

Les gens qui évoluent dans les quadrants E (Employee / Employé) et S (Self-employed / Travailleur autonome) travaillent pour un salaire. Or, notre capacité de travail est limitée par le temps et par notre énergie. Notre capacité à gagner de l’argent est donc limitée.

Les personnes évoluant dans les quadrants B (Business owner / Propriétaire d’entreprise) et I (Investor / Investisseur) ne travaillent pas directement pour être payé, mais pour acquérir des actifs.

Or, nous ne sommes pas limités par le temps ou l’énergie pour acquérir plus d’actifs.

Plus le QI financier d’un individu est élevé, moins il travaille tout en acquérant davantage d’actifs.

Les actifs permettent donc de générer des revenus largement supérieurs aux salaires.

Plus vous arriverez à résoudre de problèmes, plus vous gagnerez d’argent.

Le QI financier n°2 : pour protéger votre argent

Certaines personnes, entreprises, ainsi que l’État cherchent constamment à nous soutirer de l’argent.

Il est important de protéger votre argent contre les prédateurs financiers.

Le QI n°2 se mesure par le pourcentage de votre revenu que vous arrivez à conserver.

Les bureaucrates

Payer des impôts est bon pour la société. Le problème, c’est que les bureaucrates ne savent pas gagner d’argent. Ils résolvent donc les problèmes par de nouvelles taxes.

Ainsi, la part des revenus versés au fisc augmente régulièrement, que ce soit sous gouvernement Démocrate ou Républicain. Et ce sont les revenus modestes qui en payent le plus le prix.

La tâche du bureaucrate est de mettre la main dans nos poches toujours plus profondément – légalement – et notre tâche est de ne les laisser repartir qu’avec le moins d’argent possible.

Warren Buffett affirme d’ailleurs être moins imposé sur ses revenus (en pourcentage) que les réceptionnistes et les femmes de ménages.

Cela vient du fait que le salaire est le type de revenu le plus imposé. Les revenus de portefeuille (valeurs mobilières) et hors exploitation (valeurs immobilières et revenus d’entreprises) le sont beaucoup moins.

Les banquiers

Les banques ont été créées pour protéger votre argent. Maintenant, elles s’évertuent à vous le prendre.

Les banques d’affaires et les sociétés de fonds communs de placement chargés de placer l’argent des régimes de retraite 401(k) ont l’habitude de prélever des frais abusifs aux épargnants.

L’impression de monnaie par les banques fait également perdre régulièrement une partie de leur richesse aux épargnants.

De plus, pour chaque somme placé en banque, celle-ci est autorisée à octroyer un prêt 20 fois supérieur à un emprunteur, tout en lui demandant un taux d’intérêt largement supérieur à celui qu’elle procure à l’épargnant.

Avec les nouvelles règles de l’argent, nous devons apprendre à emprunter des devises afin d’acquérir des actifs, car il n’est plus possible d’économiser de l’argent.

Les courtiers

Beaucoup de courtiers (en bourse, en immobilier, en obligations, en assurances) sont avant tout des vendeurs, intéressés par leur commission.

Vous pouvez reconnaître un bon courtier lorsqu’il investit lui-même dans ce qu’il propose, par son désir de continuer à parfaire ses connaissances, et par sa volonté d’établir une relation avec vous, au-delà de la transaction.

Les courtiers ont intérêt à vous faire multiplier les opérations d’investissement. Mais que ce soit dans l’immobilier ou en bourse, la multiplication des opérations revient à multiplier vos frais (et vos taxes), et donc à diminuer votre rendement.

Les entreprises

Certaines entreprises proposent de payer leurs produits et services avec leurs propres cartes de crédit, ce qui leur permet d’augmenter le prix facturé.

Si tant de gens se débattent avec des difficultés financières, c’est entre autres parce qu’ils achètent des produits qui les appauvrissent (…) en les payant avec des cartes de crédit à taux d’intérêt élevé.

Achetez plutôt des produits qui vont vous enrichir et parfaire votre éducation financière.

Les conjoints, beaux-frères et belles-sœurs

Certaines personnes se marient pour l’argent, et on ne compte plus le nombre de personnes riches qui ont dû se départir de 50% de leur fortune suite à un divorce.

La signature d’un contrat de mariage permet de ne pas avoir à partager les actifs en cas de séparation.

Prévoyez également via un testament ou une autre disposition légale, de choisir de léguer vos actifs à ceux que vous aimez, afin qu’ils ne soient pas lésés par d’autres.

La mort est la dernière sortie. C’est encore un moment où les prédateurs apparaissent, ou devrais-je dire les vautours.

Les avocats

Certains prédateurs utilisent le système judiciaire pour s’enrichir (note : c’est le cas plus particulièrement aux États-Unis).

Pour vous protéger, il est utile d’éviter de posséder trop de valeurs en votre nom, de souscrire à une assurance en responsabilité personnelle et de placer ses actifs dans une société à responsabilité limitée.

Un nouvel ensemble de règles

Depuis 1943, le gouvernement américain prélève son impôt directement sur les chèques de paie des travailleurs.

Depuis 1974, ces mêmes travailleurs ont dû commencer à investir dans les plans 401(k) pour financer leur retraite.

Malheureusement, l’argent gagné sous forme de salaire ou dans un plan 401(k) est le plus imposé qui soit.

C’est pourquoi un individu financièrement intelligent préfère les revenus de portefeuille ou hors exploitation aux chèques de paie.

Le système a été intentionnellement conçu pour prendre le contrôle de la plus grande partie possible de votre argent, légalement.

À notre niveau, il est plus simple de comprendre les règles de l’argent, puis de jouer au jeu de l’argent avec ces nouvelles règles.

Le QI financier n°3 : pour gérer votre argent

Le secret pour devenir riche est le demeurer consiste à apprendre à établir un budget de manière à générer un surplus.

Déficit budgétaire et surplus budgétaire

La gestion de votre argent ne peut conduire qu’à deux résultats distincts : un déficit ou un surplus budgétaire.

Mais contrairement à un état qui peut financier sa dette à l’infini en émettant des bons du Trésor et des obligations, un individu en déficit cours à la faillite.

Si vous voulez devenir riche, choisissez le surplus budgétaire, et générez-le en augmentant vos revenus plutôt qu’en réduisant vos dépenses.

Leçon n°1 : Un excédent budgétaire est un dépense

La plupart des gens cherchent en premier à occuper un emploi bien rémunéré, puis à payer leur hypothèque et leurs factures. Enfin, ils épargnent, font des dons et investissent s’il reste quelque chose.

C’est une erreur : le surplus budgétaire doit être prioritaire.

Cela signifie que l’épargne, les dons et l’investissement doivent figurer en tête de liste des dépenses, avant de payer le gouvernement et les banques. Car ils sont nécessaires pour créer un surplus.

Maintenant que vous avez fait de la création d’actifs une priorité, le problème réside alors dans le fait d’avoir assez d’argent pour payer les autres : le gouvernement, les banques, et les factures.

C’est là qu’il est temps de faire travailler votre QI n°1 : ne pas avoir suffisamment d’argent est un problème qui se règle en gagnant plus d’argent.

Rappelez-vous, c’est en résolvant des problèmes qu’on devient financièrement intelligent. Faites tout ce qui est nécessaire pour gagner davantage d’argent.

Leçon n°2 : La colonne des dépenses est une boule de cristal

On peut prédire l’avenir d’un individu en examinant ce sur quoi il dépense son temps et son argent.

C’est uniquement en vous payant en premier et en plaçant en tête de liste les dépenses qui alimenteront la colonne « actifs » de votre bilan (épargne, dons, investissement) que vous bâtirez votre avenir financier.

Leçon n°3 : les actifs paient les éléments de passif

La plupart des gens ont tendance à acheter des éléments de passif qui sont chers ou luxueux (maison, voiture), mais ils n’ont ensuite plus d’argent pour acquérir des actifs.

Le bon schéma consiste à créer ou acquérir des actifs dans un premier temps (immobilier, bourse, écrire un livre…) et d’utiliser ensuite le flux de trésorerie qu’ils génèrent pour se payer les éléments de passif (résidence principale, maison de vacances…) qui nous font envie.

Un actif met de l’argent dans vos poches, alors qu’un élément de passif enlève de l’argent de vos poches.

Au lieu de vivre sous vos moyens, augmentez vos moyens pour jouir de la vie. Pour y parvenir, vous devez développer votre QI financier.

Leçon n°4 : Dépensez pour vous enrichir

Lorsqu’ils traversent des périodes difficiles, la plupart des individus réduisent leurs dépenses. C’est l’une des raisons pour lesquelles tant de gens ne deviennent jamais riche.

Considérez chaque problème comme une source d’apprentissage et comme une ressource pour vous enrichir.

Emprunter ne résout pas les problèmes d’argent, cela les amplifie car vous devrez ensuite amortir vos emprunts et vos crédits.

Le QI financier n°3 se mesure avec le pourcentage de votre revenu que vous utilisez pour alimenter vos actifs. Consacrez-y un pourcentage qui vous complique un peu la vie.

Une vie plus difficile vous permettra de développer votre débrouillardise.

Le QI financier n°4 : pour faire fructifier votre argent

Le système économique actuel est fondé sur la dette. Pour rembourser les dettes et résoudre les crises, les banques centrales augmentent régulièrement la masse monétaire mondiale.

Il en résulte une perte régulière de la valeur de l’argent, que l’on peut mesurer en observant le cours de l’or augmenter depuis les années 70.

C’est pour cela que les travailleurs mettent en danger leur avenir financier en économisant des Dollars qui perdent de leur valeur.

De plus, les gens font l’erreur de calculer leur richesse en considérant leurs avoirs (maison, voiture…), dont la valeur est fluctuante car dépendante du marché, de l’inflation et de la valeur du Dollar.

Qu’est-ce que le contrôle ?

La vraie valeur se situe dans des éléments que l’on peut contrôler.

Par exemple, on peut contrôler l’exploitation d’un immeuble qu’on place en location, et on connait sa valeur : le loyer que les locataires sont prêts à payer.

À l’opposé, on n’a que peu de contrôle sur les valeurs mobilières comme les actions, dont la valeur dépend du marché, et dont les revenus des actionnaires dépendent du conseil d’administration des entreprises.

Un investisseur cherche à avoir du contrôle sur :

  • Ses revenus : il est possible d’augmenter les loyers perçus en augmentant la valeur perçue des biens loués (en effectuant des travaux et installations)
  • Ses dépenses : Il est possible de réduire les coûts en réalisant des économies d’échelle (gestion des locations, assurances, frais administratifs…).
  • Son passif : obtenir un emprunt avec un taux d’intérêt faible permet un meilleur contrôle des revenus nets.
  • Son actif : l’augmentation des loyers et la réduction progressive de la dette augmente la valeur d’actif d’un immeuble.

Quelques points importants :

  1. Il y a plusieurs types de leviers financiers : le recours à l’argent des autres (la banque), et à son intelligence financière, qui facilite les décisions d’investissement.
  2. La majorité des investisseurs optent pour des actifs titres, sur lesquels ils ont très peu de contrôle (note : c’est vrai aux États-Unis mais c’est plutôt l’inverse en France où les gens préfèrent l’immobilier aux actifs titres) : actions, obligations, fonds indiciels et fonds communs de placement.
  3. Une augmentation du taux de rendement n’est pas synonyme d’une augmentation des risques : c’est vrai pour les actifs titres, mais pas pour les entreprises et l’immobilier dont le rendement dépend de l’intelligence financière.
  4. La majorité des conseillers financiers ne sont pas des investisseurs: ce sont des salariés qui vendent des produits.
  5. L’éducation financière accroît l’intelligence financière : la première chose que l’on peut contrôler, c’est son éducation financière, qui est à la base de l’intelligence financière.
  6. Le levier financier est un outil à double tranchant : il peut enrichir ou appauvrir, et n’est à utiliser que sur des investissements que l’on peut contrôler et pour lesquels on a développé une intelligence financière suffisante.
  7. La majorité des conseillers financiers recommandent la diversification, mais ils ne la pratiquent pas vraiment : les investisseurs professionnels évitent de diversifier, ils se concentrent sur de gros investissements pour avoir une meilleure rentabilité.

Pour quelle raison investissez-vous ?

Il y a trois grands types d’investisseurs :

  1. Ceux qui investissent pour réaliser un gain en capital : dans la bourse comme dans l’immobilier, ce sont des spéculateurs qui cherchent à acheter bas pour revendre plus haut.
  2. Ceux qui investissent pour s’assurer un flux de trésorerie : ils investissent dans des obligations qui génèrent un revenu régulier, ou dans l’immobilier pour les loyers.
  3. Ceux qui investissent à la fois pour le gain en capital et pour le flux de trésorerie.

Un rendement plus élevé à moindre risque

Il existe plusieurs stratégies permettant d’accroître le rendement d’un investissement, en diminuant les risques :

  • Le financement externe : utiliser l’argent de la banque tout en bénéficiant de la totalité de la plus-value et des revenus.
  • Le rendement du capital investi : qui correspond au rendement sur le capital investi, et que l’on peut démultiplier dès lors qu’on fait appel à l’effet de levier en empruntant une partie de la somme investie.
  • Le taux de rentabilité interne : il permet de calculer avec plus de finesse le rendement du capital investi en prenant en compte l’imposition plus faible sur les revenus hors exploitation, la dépréciation de certains biens (qui permet une économie d’impôts), l’amortissement (qui rembourse votre dette ?) et la plus-value sur le flux de trésorerie (éventuelle augmentation des loyers).

Plutôt que de travailler dur pour se débarrasser de nos dettes, comme le font ceux qui respectent les règles de l’ancien capitalisme, nous travaillons dur pour trouver des moyens de contracter encore davantage de bonnes dettes et d’utiliser l’effet de levier financier.

Partir de zéro

Très peu de gens naissent suffisamment riches pour acquérir des gros immeubles locatifs, et personne ne naît avec une intelligence financière :

  1. Ce n’est pas parce qu’on naît pauvre et sans éducation financière que l’on ne peut pas devenir riche : pourtant, la majorité des gens ne font jamais le premier pas, ou abandonnent après un premier échec.
  2. Commencez à petite échelle et progressez lentement : beaucoup de millionnaires immobiliers ont commencé avec un premier investissement inférieur à 100 000 $; et une première opération réussie démontrera à la banque vos qualités d’investisseur.
  3. Visez haut : les adultes aussi ont besoin de rêver, d’apprendre et d’essayer de concrétiser leurs rêves, car c’est ce qui rend la vie intéressante.

Plus votre intelligence financière sera développée, plus vous gagnerez d’argent sans avoir besoin d’argent. (…) À l’ère de l’information, la connaissance représente le levier ultime.

Le QI financier n°5 : pour améliorer votre information financière

L’information peut être une question de vie ou de mort en temps de guerre et peut faire la différence entre la richesse et la pauvreté dans le monde des affaires.

Nous vivons aujourd’hui à l’ère de l’information. Il n’est plus nécessaire de posséder des actifs physiques comme des terres, des usines ou des mines pour s’enrichir.

Les milliardaires qui ont fondé les géants technologiques actuels l’ont prouvé en devenant riches uniquement avec de l’information et des idées.

Les quatre ères qu’a connues l’humanité :

  1. L’ère des chasseurs-cueilleurs
  2. L’ère agraire
  3. L’ère industrielle
  4. L’ère de l’information

Des millions de gens se débattent avec des difficultés (…) parce qu’ils vivent encore selon des idées appartenant aux ères des chasseurs-cueilleurs, agraire ou industrielle.

Il y a une bonne nouvelle : l’information est gratuite et abondante. Mais c’est aussi la mauvaise nouvelle : l’information est trop abondante.

L’information peut être classifiée selon plusieurs critères :

  1. La pertinence : l’information est-elle aujourd’hui pertinente ou désuète ?
  2. La crédibilité : la source de l’information est-elle fiable ou provient-elle de quelqu’un qui n’est pas crédible ?
  3. Le classement : l’information est-elle privilégiée, secrète, illégale (délit d’initié), déjà trop ancienne ?
  4. L’information relative : comment plusieurs informations réunies permettent-elles d’observer une tendance ?
  5. La fausse information : certains experts font le contraire de ce qu’ils annoncent publiquement.

Voici quelques leçons sur la manière de classifier l’information.

Leçon n°1 : Les faits versus les opinions

Si tant de gens croient qu’investir est risqué, c’est parce qu’ils ne font pas la distinction entre un fait et une opinion.

Par exemple, si quelqu’un affirme que le cours d’une action va monter, c’est une opinion.

Leçon n°2 : Des décisions insensées

Lorsqu’un individu agit en se basant uniquement sur des opinions (souvent celles des autres), il risque de finir ruiné.

Par exemple :

  • En achetant une maison parce qu’on a entendu que l’immobilier va forcément prendre de la valeur.
  • En achetant un fonds commun de placement, parce qu’un courtier a dit que c’était un bon investissement.

Leçon n°3 : Des gestes risqués

La majorité des investisseurs investissent à partir d’opinions pour réaliser un gain en capital. Mais si elles s’avèrent faussent, ils perdent.

Les investisseurs qui visent un flux de trésorerie ont plus tendance à prendre en compte les faits.

De son côté, l’investisseur avisé prendra à la fois en compte les faits et les opinions pour jouer sur les deux tableaux : gain en capital et flux de trésorerie.

Demandez-vous toujours si l’information sur laquelle vous fondez votre décision est un fait ou une opinion.

Leçon n°4 : Le contrôle de l’actif

Avant d’utiliser un levier financier, il est nécessaire de s’assurer que l’on a un contrôle sur l’actif (par exemple sur le flux de trésorerie).

Si la valeur de l’actif est basée uniquement sur l’évaluation du marché, qui est une opinion, nous n’avons aucun contrôle.

Par exemple, les travailleurs qui comptent sur la valeur de leurs actifs titres pour s’assurer leur retraite n’ont aucun contrôle.

Leçon n°5 : Quelles sont les règles ?

Chaque actif a ses propres règles, que vous devez connaître et respecter pour prospérer.

Par exemple, il n’est pas possible d’exercer un levier bancaire avec les fonds communs de placement. Mais dans l’immobilier, c’est possible.

Les investisseurs et les entreprises qui ne respectent pas les règles finissent ruinés, ou se font démanteler (comme l’entreprise Enron).

Vous pouvez cependant choisir les actifs dont vous appréciez le plus les règles.

Je préfère les règles du marché immobilier, car elles me permettent de gagner davantage d’argent tout en payant moins d’impôt.

Leçon n°6 : Les tendances

Les tendances sont vos amies. Vous pouvez investir dans la tendance du marché, et vous concentrer sur les tendances plutôt que de vous préoccuper des fluctuations.

Au lieu de pratiquer la diversification, je préfère me concentrer sur de petits actifs, déceler une tendance et investir en fonction de celle-ci.

Toute fois, toutes les tendances peuvent s’inverser. Il faut faire preuve de souplesse, et ne pas investir aveuglément à long terme.

Voici quelques exemples de tendances :

  • Le cours du pétrole : le développement de la Chine, de l’Inde et d’autres pays émergents fait croître la demande en pétrole. Tant qu’il n’y aura pas d’alternative efficace, le cours du pétrole risque de continuer de grimper (note : l’auteur envisageait en 2007 un pétrole pouvant atteindre 200 $ le baril, et force est de constater que cette tendance a poursuivi sa hausse dans un premier temps, avant de s’inverser bien avant les 200 $ : l’investissement dans la tendance nécessite de se tenir prêt à changer de direction).
  • Le cours de l’argent : l’argent est un métal utilisé dans l’industrie de l’électronique, et une ressource davantage utilisée que l’or. C’est également la deuxième monnaie historique derrière l’or. Aujourd’hui les Fonds Indiciels Négociables en Bourse (FINB, équivalent des ETF) permettent d’investir dans les métaux sans les posséder directement. (note : idem que pour le pétrole, attention aux retournements de tendance, l’argent a d’abord connu une très forte hausse, dont la majeure partie a ensuite été effacée par la chute qui a suivi).
  • Le marché immobilier : Tout le monde est prêt à payer pour avoir un toit, et la démographie indique une hausse de la population. L’immobilier considéré comme un flux de trésorerie (plutôt que comme gain en capital) ne craint pas les crises. La hausse de l’immobilier devrait se maintenir.

Cependant, l’immobilier est moins liquide (plus difficile à revendre) que les métaux et valeurs mobilières.

Moins un investissement est convertible en liquidités, plus l’information relative aux tendances est cruciale.

Au final, ce ne sont pas les actifs qui feront de vous une personne riche ou pauvre, mais l’information sur ces actifs.

L’intégrité financière

L’intégrité fait référence aux notions d’équilibre, d’incorruptibilité et de complétude. Elle peut s’appliquer à tout système humain, à la santé, et à la prospérité financière.

Tout comme la santé peut se détériorer à cause d’un manque d’intégrité, la prospérité peut être compromise à cause d’un manque d’intégrité.

L’intégrité en matière de prospérité

L’intégrité financière est essentielle pour chaque niveau d’intelligence financière (les cinq QI financiers) :

  1. Gagner davantage d’argent
  2. Protéger votre argent
  3. Gérer votre argent
  4. Faire fructifier votre argent
  5. Améliorer votre information financière

Lorsqu’un individu a des difficultés financières, c’est que l’un ou l’autre de ces QI financiers est absent, que sa situation financière n’est pas équilibrée et qu’il ne fait pas preuve de complétude.

Le manque d’intégrité financière commence souvent avec le QI n°5 (l’information financière), qui a pour origine l’absence d’éducation financière à l’école.

Le manque d’intégrité financière est caractérisée par des mauvaises dettes, des dépenses impulsives, des impôts élevés, et une maison hypothéquée en garantie du remboursement des crédits.

Une valeur intrinsèque

Warren Buffett investit uniquement dans des entreprises qui montrent une intégrité financière, avec une valeur intrinsèque réelle qui repose sur :

  1. Le créneau : l’entreprise est installée sur un créneau peu sensible à la conjoncture, et idéalement avec une marque protégée par un brevet (exemple : Coca-Cola).
  2. Le levier financier : toutes les grandes entreprises ont utilisé un levier pour se développer en décorrélant leur temps de travail de leurs revenus (exemple de levier : écrire un livre).
  3. Le potentiel de croissance : jusqu’où peut-on exercer l’effet de levier afin de pouvoir exploiter le potentiel de croissance (exemple : faire traduire le livre permet d’exploiter son potentiel de croissance).
  4. La constance : La capacité de l’entreprise à générer des revenus réguliers.

Parce qu’ils n’ont pas reçu d’éducation financière, la plupart des gens ont du mal à évaluer la valeur intrinsèque et l’intégrité financière d’un investissement.

L’intégrité financière vaut également à l’échelle d’un pays. Un État en déficit permanent, avec une dette qui augmente constamment, et qui ne sait gagner de l’argent qu’en augmentant les impôts ou en faisant tourner la planche à billets, manque d’intégrité financière.

Le pays qui saura offrir la meilleure éducation financière dirigera le monde dans une nouvelle ère de prospérité économique.

Augmentez votre valeur intrinsèque

Voici quelques recommandations pour affronter les grands problèmes à venir :

  1. Mettez de l’ordre dans vos affaires : Déterminez laquelle des cinq intelligences financières vous devez développer en priorité. Travaillez-en une seule à la fois, et demandez de l’aide si nécessaire.
  2. Investissez dans des actifs qui ont une valeur intrinsèque : Entrainez-vous à analyser la valeur intrinsèque des entreprises que vous connaissez ou de bien immeubles près de chez vous.
  3. Fermez les écoutilles : Faces aux tempêtes financières à venir, vous devez faire en sorte de pouvoir maintenir intacte votre intégrité financière.

Développez votre génie financier

Les experts financiers conseillent aux gens de vivre sous leurs moyens et de pratiquer la diversification. (…) Mais le problème avec ce conseil, c’est qu’on reste alors dans la moyenne parce que c’est un conseil moyen.

Pourquoi les experts recommandent-ils de pratiquer la diversification ?

On nous conseille de nous spécialiser professionnellement, mais de rester diversifié financièrement. C’est pourquoi la plupart des gens restent financièrement sous la moyenne.

Les conseillers financiers recommandent la diversification car ce sont des employés en manque d’idées et non des entrepreneurs comme Buffett.

D’ailleurs, les financiers ont tous été formés dans les mêmes écoles : ils investissent tous de manière à peu près identique, ce qui accroit la volatilité des marchés et l’impact des crises.

(Ils ont) Un QI scolaire au-dessus de la moyenne, mais un QI financier inférieur à la moyenne.

Warren Buffett ne pratique pas la diversification : ses investissements sont concentrés dans quelques entreprises acquises à bon prix et ayant une grande valeur intrinsèque (note: c’est moins vrai aujourd’hui, Buffett a désormais un portefeuille bien plus diversifié, et ses résultats sont d’ailleurs un peu plus « moyens »).

Les intelligences multiples

Il existe sept formes d’intelligence :

  1. Linguistique
  2. Logico-mathématique
  3. Musicale
  4. Corporelle-kinesthésique
  5. Visuo-spatiale
  6. Interpersonnelle
  7. Intrapersonnelle

Le système éducatif ne reconnaît que les deux premières (les langues et la logique). Mais c’est bien l’habileté à gérer les émotions, à travers l’intelligence intrapersonnelle, qui permet de réussir financièrement.

De nombreuses personnes ne réussissent pas financièrement parce que leur intelligence intrapersonnelle est peu développée.

Les trois parties du cerveau

Notre cerveau est constitué de trois parties distinctes :

  • L’hémisphère gauche : le siège de la logique.
  • L’hémisphère droit : le siège de la créativité.
  • Le subconscient : le siège du cerveau primitif, la partie la plus puissante du cerveau.
Les trois parties du cerveau - augmentez votre intelligence financière

Les personnes qui laissent leur subconscient être gouverné par la peur ne peuvent pas agir pour les bonnes raisons.

Tant que le stress contrôle votre subconscient, vous ne pourrez pas utiliser correctement vos hémisphères droit ou gauche.

Ainsi, le subconscient peut saboter tout désir de richesse, ainsi que la réalisation du plan pour y parvenir.

Dans la majorité des cas, c’est la peur d’échouer, une peur inconsciente, qui retient les gens.

L’école est la principale raison pour laquelle la plupart des gens savent très bien quoi faire (bon développement de l’hémisphère gauche), mais qu’ils agissent par peur en cherchant uniquement la sécurité (ils manquent d’imagination – cerveau droit – et sont paralysés par leur subconscient).

Pour apprendre à utiliser toutes les parties de votre cerveau, il faut commencer par apprendre à réfléchir en dehors des sentiers battus, et à créer au lieu d’imiter.

Le dialecte des gens pauvres et des individus de la classe moyenne.

Notre cerveau est programmé pour reproduire ce que nous voyons chez les autres.

Cette programmation du cerveau pour imiter vient des neurones miroirs. C’est pourquoi les gestionnaires de fonds investissent tous de la même manière (et qu’ils se plantent tous lors des krachs).

C’est aussi pourquoi tous les bons élèves recherchent la sécurité à travers un bon emploi, et ont peur de faire des erreurs.

De même, nous reproduisons le dialecte de notre milieu :

  • Les gens pauvres parlent de programmes sociaux.
  • Les gens de la classe moyenne parlent de vivre sous leurs moyens.
  • Les gens riches parlent de faire fructifier leur argent.

Toutefois, nous pouvons modifier nos neurones miroirs, en modifiant la perception que nous avons de nous-même. En 1966, une étude a démontré que les élèves qui réussissent le mieux sont ceux qui sont les mieux perçus par leurs professeurs.

Posez-vous la question : « Dans quel domaine avez-vous le plus de chance de réussir ? », puis « Comment allez-vous mesurer votre succès ? »;

Les grandes entreprises et les professeurs mesurent le succès au nombre de diplômes et au prestige de l’université fréquentée.

Mon père riche mesurait son succès à l’argent qu’il gagnait, aux gens qu’il fréquentait, à la liberté dont il jouissait et au nombre d’emplois qu’il créait.

Les désavantages de l’école

L’école nous désavantage sur deux points particuliers :

  • Elle ne nous enseigne rien à propos de l’argent.
  • Elle ne nous enseigne pas à contrôler notre subconscient.

La majorité d’entre nous faisons notre éducation financière auprès de gens qui ne sont pas financièrement intelligents.

Il en résulte des comportements financièrement absurdes et incontrôlés, tels que :

  • Vendre ses fonds d’investissement en période de crise, à un moment où il est plus judicieux d’acheter.
  • Dépenser plus après une augmentation de salaire au lieu de se débarrasser de ses mauvaises dettes.
  • Réduire ses dépenses publicitaires (pour une entreprise) en période de ralentissement, au lieu de les augmenter et d’être plus créatif.

Le pouvoir de l’environnement

Si nous voulons devenir riches, nous devons trouver un environnement qui renforcera les trois parties de notre cerveau.

Cet environnement doit être propice à l’apprentissage, et il doit vous convenir.

La voie vers le succès est différente pour chacun, mais il est évident que vous devriez passer du temps en compagnie des personnes qui sont les meilleures dans le domaine que vous avez choisi (l’auteur a choisi l’immobilier et l’entrepreneuriat, mais vous pouvez en choisir d’autres).

Cela vous permettra d’activer l’apprentissage de vos neurones miroirs.

La deuxième meilleure façon d’apprendre

Le cône de l’apprentissage nous montre que c’est la mise en pratique qui permet de mieux d’assimiler un apprentissage.

Le cône de l'apprentissage
Le cône de l’apprentissage

Juste après la mise en pratique vient la simulation, le jeu. C’est pourquoi l’auteur a créé le jeu CASHFLOW, afin d’enseigner de manière ludique l’intelligence financière.

Le jeu à l’avantage de stimuler les hémisphères droit et gauche, en faisant taire les peurs inconscientes, puisqu’il n’y a pas de conséquences réelles.

Le jeu permet de provoquer des « Eurêka ! », ces moments où le joueur fait la relation entre une situation vécue dans le jeu et sa vie réelle.

Trouver votre génie

Vous devrez sortir de votre zone de confort pour découvrir quel est votre génie et comment le développer.

La facilité, c’est de rester moyen, de toucher sa paie et de vivre sous ses moyens.

Nous avons tous un talent et un génie unique. Si un individu veut devenir riche, ou même super riche, il doit trouver un environnement qui lui permettra de développer son génie et de le mettre en pratique.

Pour cela, vous devez avoir un désir ardent de réussir :

Dans le monde réel, la détermination et l’élan sont plus précieux que de bonnes notes à l’école.

Plutôt que d’écouter ceux qui vous conseillent de vivre sous vos moyens, mettez-vous au défi d’élever votre niveau de vie en augmentant votre intelligence financière.

Pour résumer :

  1. Développez votre hémisphère gauche en étudiant un sujet jusqu’à le maîtriser.
  2. Développez votre hémisphère droit pour trouver des solutions créatives.
  3. Maintenez votre subconscient dans l’excitation plutôt que dans la crainte.
  4. Passez à l’action en étant prêt à faire des erreurs et à apprendre de celles-ci.

Développez votre QI financier : quelques applications pratiques

Le développement des cinq intelligences est le travail de toute une vie, un processus qui ne peut être achevé en une journée ni même en une année.

Si vous confiez votre argent à un conseiller financier, vous ne pourrez pas développer votre QI financier. Par contre, vous serez assuré de lui payer des commissions, pour obtenir un rendement probablement peu élevé.

À la place, vous pouvez choisir d’évoluer dans des environnements qui vous permettront de développer les trois parties de votre cerveau :

  1. L’école : même si elle est trop focalisée sur l’hémisphère gauche.
  2. L’église, qui permet de renforcer sa spiritualité et son subconscient.
  3. L’armée, qui permet de développer les trois parties du cerveau, l’intelligence interpersonnelle et de maîtriser la peur.
  4. Le marketing de réseau, qui offre des formations et qui permet de développer l’intelligence interpersonnelle, l’aptitude à vendre et de surmonter la peur d’échouer.
  5. L’entreprise, qui permet de développer son subconscient et d’apprendre à gérer son stress.
  6. Les séminaires, qui permettent d’apprendre dans tous les domaines possibles, notamment l’immobilier et l’investissement.
  7. L’accompagnement personnel, qui fournit un encadrement individualisé, particulièrement important lorsqu’on souhaite faire une transition de A vers B.
  8. Les clubs CASHFLOW, qui permettent d’activer vos neurones miroirs et de rencontrer des gens ayant des aspirations similaires aux vôtres.

Si mon père riche ne m’avait pas encadré pendant près de 30 ans, je ne serai pas là où je suis aujourd’hui. Et encore aujourd’hui, je continue à faire appel à des accompagnateurs.

Les deux caractéristiques de l’entrepreneur

Les personnes les plus riches au monde sont des entrepreneurs : Richard Branson, Oprah Winfrey, Donald Trump, Rupert Murdoch…

Les entrepreneurs possèdent deux caractéristiques insoupçonnées :

  • Le courage d’oser passer à l’action.
  • Une dose d’ignorance, ce qui permet d’agir sans peur ni blocage (les personnes les moins expérimentées ou instruites ont cet avantage).

Il faut du courage pour découvrir son génie, le développer et en faire bénéficier le monde. N’oubliez jamais que votre esprit est infini et que vos doutes sont restrictifs.

La boucle de rétroaction : personne n’est une île

Nous vivons dans un monde qui nous envoie de la rétroaction en permanence, sur tous les sujets (travail, famille, amis, niveau de vie…). Même si nous n’aimons pas toujours les rétroactions que nos actions provoquent, elles sont une source d’apprentissage.

Il y a trois choses à savoir sur la rétroaction :

  1. Si vous souhaitez vous améliorer, ayez le courage de vous ouvrir à la rétroaction, et cherchez à en obtenir.
  2. Donnez de la rétroaction uniquement si on vous le demande, car autrement cela peut être exaspérant pour autrui.
  3. Les escrocs vous diront ce que vous voulez entendre plutôt que ce que vous avez besoin d’entendre : ils savent exploiter les faiblesses émotionnelles avec des stratégies marketing adaptées.

Les gens qui réussissent sont toujours à la recherche de rétroaction.

Si vous arrivez à tenir compte des rétroactions et d’en tirer des leçons, vous réussirez.

Mon avis sur « Augmentez votre intelligence financière »

Ce livre de Kiyosaki bat en brèche un certain nombre de grandes idées.

La première est que si vous vous contentez de vivre sous vos moyens, vos résultats financiers resterons moyens.

Au lieu de couper toujours plus dans nos dépenses, Robert nous propose plutôt de nous challenger pour augmenter nos revenus afin d’acquérir des actifs, qui pourront par la suite financer une hausse de notre niveau de vie.

Je trouve que c’est une idée particulièrement intéressante, mais qui nécessite pour fonctionner de ne pas être pris par la peur qui rode dans notre subconscient (d’où l’intérêt de la partie sur le fonctionnement du cerveau humain).

La deuxième idée détruite par Kiyosaki est la diversification.

Il développe l’exemple de Warren Buffett pour expliquer que la diversification ne mène qu’à des rendements moyens, tandis que seule la concentration permet de devenir riche.

Mais il se trouve que Warren Buffett investit aujourd’hui de manière bien plus diversifiée qu’il y a quelques décennies, et qu’en plus, il recommande clairement la diversification à la majorité des gens.

Car s’il est vrai que mettre tous ses œufs dans un même panier peut permettre de s’enrichir rapidement si l’on a fait les bons choix, la moindre erreur peut être fatale.

À mon avis, si vous pensez être un investisseur de haut niveau, vous gagnerez à rester concentré. Autrement, la diversification (lorsqu’elle est bien faite, ce qui est rarement le cas parmi les investisseurs) reste un excellent choix.

Je pense que le problème n’est pas la diversification, mais une mauvaise diversification (celle qui est critiquée dans le livre est une diversification dans des fonds communs de placement, qui sont, on le sait aujourd’hui, un des pires produits d’investissement possible).

Il me semble donc plus judicieux de commencer à investir de manière diversifiée, quitte à se concentrer un peu plus (mais jamais totalement) au fur et à mesure que notre intelligence financière se développe.

Cela dit, Kiyosaki met en avant l’investissement dans la tendance (« les tendances sont vos amis), et je partage pleinement son avis sur ce point. Je pense tout de même qu’investir dans les tendances demande plus de compétences et d’expérience que la diversification.

Autre idée battue en brèche, nous sommes nombreux à penser qu’il faut travailler dur, économiser, ne pas avoir de dettes, puis confier son argent à un expert qui le placera pour nous.

Le problème, c’est que travailler dur n’assure plus rien, et que ce n’est pas en économisant mais en s’endettant (avec de bonnes dettes) que l’on peut s’enrichir.

De même, il est bien plus opportun d’apprendre à s’occuper soi-même de son argent que de le confier à un expert (qui sont souvent de simples commerciaux formés à l’identique), qui sera d’ailleurs bien plus préoccupé par sa commission que par vous.

L’auteur a par ailleurs le mérite d’aborder des sujets macro-économiques dont nous n’avons pas forcément conscience.

Par exemple, il nous montre qu’en matière d’argent, les règles du jeu du capitalisme ont changé dès lors que la parité Or/Dollar a pris fin dans les années 70.

Depuis, le Dollar (ainsi que la plupart des autres devises) est condamné à perdre de la valeur avec le temps. C’est pourquoi économiser ne suffit plus, et qu’il nous faut investir dans des actifs ayant une réelle valeur intrinsèque, qui perdurera.

Même si le livre comprend quelques idées simplistes (comme celui d’appliquer le même raisonnement pour juger l’état financier d’un individu et celui d’un État, ce qui n’a pas de sens), il n’en reste pas moins que « Augmentez votre Intelligence Financière » est un excellent livre, qui chamboulera vos principes bien établis et qui vous ouvrira à de nouvelles idées.

Attention cependant, l’auteur ne donne aucune solution rapide et miraculeuse pour devenir financièrement intelligent. Il reconnaît que c’est un processus d’apprentissage qui peut être long.

Néanmoins, il vous guide en vous indiquant par où commencer, comment procéder, et par quelles étapes vous pouvez passer. Et si vous avez l’envie de faire les efforts nécessaires pour progresser, je pense (comme Kiyosaki) que vous y arriverez.

Points forts :

  • La présentation des cinq QI financier que nous devons développer est particulièrement unique et pertinente.
  • L’un des rares livres qui explique en quoi le capitalisme a évolué, quel est la valeur de l’argent, et comment jouer avec les nouvelles règles.
  • Une partie très intéressante sur le fonctionnement du cerveau et comment en faire un allié plutôt qu’un ennemi.

Points faibles :

  • La structure de certains chapitres manque un peu de lisibilité, et certaines idées reviennent parfois de manière un peu redondante.
  • L’auteur a tendance à placer un peu trop souvent ses autres produits (livres, CD audio, séminaires, jeux…), même s’il faut reconnaître que c’est une pratique totalement en accord avec la mentalité américaine.

Si vous avez lu « Augmentez votre intelligence financière », vous pouvez partager votre avis sur le livre en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *