Un Guide vers la Richesse – Naval Ravikant

Un Guide vers la Richesse - Naval Ravikant

Cet article résume le livre « The Almanack of Naval Ravikant – A Guide to wealth and happiness », par Eric Jorgensen, 2020, dans sa première partie (« Un Guide vers la Richesse »).

Il s’agit d’un recueil de transcriptions, d’interviews et de Tweets de l’entrepreneur Naval Ravikant. L’auteur a cherché à retranscrire les idées et la pensée de Naval Ravikant sur deux grands sujets majeurs : la richesse et le bonheur.

Ce livre est construit sur un modèle similaire au « Charlie’s Poor Almanach », qui est un recueil des pensées de l’investisseur Charlie Munger.

Comme le bonheur est un sujet qui soit des plus intéressants (« c’est une compétence hautement personnelle que nous pouvons apprendre », selon Naval Ravikant), j’ai également résumé la seconde partie du livre, qui traite du bonheur. Cette première partie s’intéresse donc uniquement à la richesse.

Comment devenir riche sans avoir de la chance.

Construire la richesse

Gagner de l’argent n’est pas quelque chose que vous faites. C’est une compétence que vous apprenez.

Comprendre comment la richesse se créée

Si vous arrivez à acquérir cette compétence, vous saurez reconstruire votre richesse en quelques années si vous deviez repartir de zéro, depuis n’importe quel endroit où l’on parle français.

Il ne s’agit pas uniquement de travailler dur, même si c’est nécessaire. Il s’agit de savoir quoi faire, avec qui, et quand.

Il s’agit en premier lieu de savoir sur quoi vous devriez travailler. Vous aurez ensuite besoin :

  • De connaissances spécifiques.
  • De votre personnalité unique.
  • D’appliquer un effet de levier.
  • D’assumer une responsabilité totale.

Cela peut prendre une décennie ou plus, non seulement pour découvrir votre domaine, mais aussi pour rassembler ces éléments.

L’argent sert à transférer de la richesse. Si la société reconnaît votre contribution, elle vous donne de l’argent.

Pourtant, l’argent n’est pas la richesseLa richesse consiste à posséder des actifs qui gagnent de l’argent pendant que vous dormez. Ces actifs peuvent être des usines, des robots, des programmes ou serveurs informatiques, de l’immobilier, ou encore de l’argent réinvesti dans d’autres actifs et entreprises.

La société désire de nouvelles choses, mais elle ne sait pas comment les obtenir. Si c’est dans votre champ de compétence, et si vous savez comment les lui fournir, avec du levier, pour que tout le monde puisse en bénéficier, alors vous pourrez devenir riche.

Par exemple, Steve Jobs a compris que la société désirait des smartphones : des téléphones avec les fonctionnalités d’un ordinateur. Il a trouvé comment les construire, puis comment les dupliquer.

Devenez le meilleur au monde dans ce que vous faites. Continuez à redéfinir ce que vous faites jusqu’à ce que ce soit vrai.

Trouvez et construisez des connaissances spécifiques

Ce que vous faisiez enfant, presque sans effort, et que les autres pouvaient remarquer, est une connaissance spécifique. Cela peut être :

  • Savoir vendre
  • Un talent musical
  • Jouer à des jeux
  • Construire un réseau

Les connaissances spécifiques proviennent à la fois de votre ADN, de votre enfance et de votre personnalité.

Le domaine dans lequel vous avez une connaissance spécifique sera un jeu pour vous, mais semblera difficile et complexe pour les autres.

Concentrez-vous sur les domaines dans lesquels vous êtes déjà bon, et pour lesquels vous avez un talent inné, une curiosité et une passion.

Internet a élargi le champ des possibles. Vous pouvez aujourd’hui trouver une audience, fabriquer un produit et construire un business en exprimant votre personnalité unique.

La bonne nouvelle est que parce que chaque être humain est différent, chacun est le meilleur à quelque chose – être soi-même.

Dans l’ancien modèle, il suffisait de faire des études, puis de faire carrière jusqu’à la retraite. Aujourd’hui, vous devez être capable de devenir un expert dans un domaine en quelques mois, puis de recommencer dans quelques années, lorsque ce domaine sera obsolète.

La compétence la plus importante pour devenir riche est de devenir un éternel apprenant.

Tout d’abord, maitriser les fondations est essentiel : l’arithmétique basique, savoir vous exprimer avec des mots simples, la persuasion…

Vous devez ensuite aller au fond des choses pour maîtriser parfaitement un domaine. Il faut donc que le domaine choisi vous obsède.

Jouez à des jeux de long terme avec des personnes de long terme

Tous les bénéfices de la vie, qu’il s’agisse de richesse, de relations ou de savoir, proviennent des intérêts composés.

Les intérêts composés s’appliquent non seulement au capital investi, mais à votre réputation, dans vos relations d’affaires. Lorsque vous travaillez depuis 10 ans avec la même personne, la confiance installée est forte, tout travail et toute négociation deviennent simples.

Une fois que vous avez trouvé sur quoi travailler et avec qui, vous devez vous y tenir pendant des décennies pour bénéficier des intérêts composés.

Mais vos efforts resteront perdus tant que vous n’avez pas trouvé sur quoi travailler. 99% des choses que vous étudiez et des rencontres que vous faites ne donneront rien, et sont un gaspillage d’énergie cérébrale.

Lorsque vous trouverez le 1% de votre discipline qui ne sera pas gaspillé, que vous pourrez investir pour le reste de votre vie et qui a du sens pour vous, allez-y à fond et oubliez le reste.

Assumez vos responsabilités

Acceptez de devoir rendre des comptes et de prendre les risques en votre propre nom. La société vous récompensera avec des responsabilités, des actions et du levier.

En créant un business, vous devez assumer les risques en votre nom, ce qui vous permettra tout autant de recevoir les mérites en cas de réussite, que de supporter le poids de l’échec et de l’humiliation si échouez.

Mais les risques ne sont pas si grands : vous risquez simplement de perdre du temps et de l’argent. Quant à vos échecs, le monde les oubliera si vous êtes honnête.

En assumant publiquement, vous renforcez votre crédibilité, et les gens seront plus susceptibles de vous suivre ou de vous financer. Le travail et le capital reçus vous donnerons du levier. Or, vous avez besoin de levier pour devenir riche.

Constituez ou achetez des parts dans un business

Si vous ne possédez pas de parts dans un business, vous n’avez pas de chemin vers la liberté financière.

Travailler en louant votre temps ne vous conduira pas vers la liberté financière, et ne vous donnera aucun revenu passif.

Un travail salarié, même bien payé, nécessite que vous fassiez vos heures. Lorsque vous ne travaillez pas, vous n’êtes pas payé.

Et si vous travaillez pour quelqu’un d’autre, c’est cette personne qui assume les risques, et qui obtient les récompenses.

Pour être du bon côté, vous devez travailler à détenir des parts dans un business. Vous pouvez acheter des actions, en tant qu’actionnaire, ou bien vous pouvez détenir des parts en tant que propriétaire, lorsque vous lancez une entreprise.

Tous ceux qui gagnent vraiment de l’argent possèdent, à un moment donné, une partie d’un produit, d’une entreprise ou d’une propriété intellectuelle.

Acheter des actions est un bon point de départ. Mais la vraie richesse se crée en démarrant votre propre entreprise.

Trouvez un effet de levier

Plus vous faites les choses par simple plaisir, à votre manière, pour vous-même, en suivant votre curiosité, plus votre travail sera bon.

La société vous paiera très bien si vous avez des compétences difficilement transmissibles. Si vous êtes facilement remplaçable, vous serez remplacé par d’autres, ou par un robot.

Réfléchissez au produit ou au service que la société désire, mais dont elle ne sait pas comment l’obtenir. Vous voulez être la personne qui la lui délivre, à grande échelle. Voilà le vrai défi de comment gagner de l’argent.

Il y a trois grandes catégories de levier :

  1. Le travail : d’autres personnes qui travaillent pour vous. C’est la plus ancienne forme de levier, et la plus mauvaise dans le monde d’aujourd’hui.
  2. Le capital : savoir lever des capitaux a été la source de grandes fortunes, et est toujours une bonne forme de levier aujourd’hui, à défaut d’être la plus facilement utilisable.
  3. Les produits sans coût marginal de réplication : les livres, les médias et le code, qui est probablement la meilleure forme de levier.

Les produits sans coût marginal de réplication sont une nouvelle forme de levier, qui s’est développée avec Internet et la programmation. Ils permettent de multiplier vos efforts, sans personne d’autre, ni sans coût supplémentaire.

La fortune de la nouvelle génération passe par le code et les médias.

Contrairement au travail et au capital, les médias et le code ne nécessitent aucune autorisation préalable (que l’on vous suive, que l’on vous finance) : vous pouvez écrire, coder, enregistrer un podcast, sans avoir à demander la permission.

Nous vivons à l’ère de l’effet de levier. En tant que travailleur, vous voulez avoir autant de levier que possible, afin d’avoir un impact considérable sans avoir à consacrer autant de temps ou d’efforts physiques.

L’effet de levier peut multiplier votre impact par 1 000 ou par 10 000. Le discernement devient alors bien plus important que de travailler dur. Par exemple, la bonne ligne de code peut rapporter bien plus de valeur à une entreprise que dix ingénieurs travaillant dix fois plus dur que vous.

L’effet de levier vous permet d’être au contrôle de votre temps, de ne pas le gaspiller, de travailler uniquement lorsque vous êtes en haute énergie.

Les 40 heures de travail par semaine sont une relique de l’âge industriel. Les travailleurs de la connaissance fonctionnent comme des athlètes : ils s’entraînent et font des sprints, puis se reposent et réévaluent.

Par exemple, agent immobilier est un métier avec levier, où les efforts sont déconnectés des résultats. Si vous savez vous faire connaître, vous pouvez vendre un manoir à 5 M€, là où d’autres peinent à vendre un condo à 100 K€.

Travailler dans un service client est à l’opposé de ce que vous cherchez : il n’y a aucun levier possible, et chaque heure compte.

Plus la composante créative d’une profession est forte, plus il est probable d’obtenir des résultats déconnectés des efforts fournis.

Si vous démarrez en tant que salarié, cherchez à obtenir du levier, plus de responsabilités, plus de connaissances spécifiques. À long terme, la combinaison des trois vous rendra riche.

Dans ce processus, évitez simplement de finir ruiné ou de subir des pertes catastrophiques, en restant dans la légalité et en ne pariant pas vos actifs à quitte ou double.

Gagnez avec votre esprit, pas avec votre temps.

Faites-vous payer pour votre jugement

Je crois que chaque être humain devrait aspirer à être compétent sur certaines choses et à être payé pour ses connaissances uniques.

Les entreprises cherchent des PDG ayant un bon jugement, car leur impact sera considérable. Faire montre d’un bon jugement apporte de la crédibilité et une réputation, et permet d’obtenir plus de levier.

Par exemple, le jugement de Warren Buffett en investissement et sa prise de responsabilité assumée lui ont permis d’obtenir une immense crédibilité. Les gens le suivent et lui confèrent un levier considérable. Mais personne ne cherche à savoir s’il travaille dur ou pas.

Là où nous nous éparpillons dans de petites décisions à court terme, il prend tout son temps pour agir, mais ses actes ont ensuite un impact durable.

Vous positionner à l’extrémité de votre art est extrêmement important à l’âge du levier.

Priorisez et focalisez

Valoriser votre temps selon un taux horaire, et dépensez impitoyablement pour gagner du temps à ce taux. Vous ne vaudrez jamais plus que ce que vous pensez valoir.

Personne ne vous valorisera plus que vous-même. Si vous pensez valoir 100 euros de l’heure, chaque action qui prend une heure vous coûte 100 euros.

Augmentez progressivement votre taux horaire, et vous agirez différemment : vous ne perdez plus une heure à vous plaindre, à renvoyer un colis cassé ou à traverser toute la ville pour un simple achat.

Dans la même logique, si vous pouvez externaliser une tâche pour moins que votre taux horaire, externalisez-la, engagez quelqu’un, ou bien ne la faites pas.

Attribuez-vous un taux horaire aspirationnel très élevé et respectez-le. Il devra vous sembler absurdement élevé. Si ce n’est pas le cas, il n’est pas assez élevé.

Si vous méprisez secrètement la richesse, elle vous échappera

Le bon mindset pour devenir riche doit exclure tout sentiment de haine ou de jalousie envers ceux qui font mieux que vous. Vous aurez alors du mal à faire des affaires, car les humaines sont cablés pour sentir ce que les autres ressentent à l’intérieur.

La plupart des gens veulent faire de l’argent, tout en pensant qu’ils n’y arriveront pas. Ils finissent ainsi par penser que gagner de l’argent est mal.

Il est possible de jouer à deux jeux différents :

  • Le jeu des statuts : votre rang aux yeux des autres dans la hiérarchie sociale. C’est un jeu hiérarchique à somme nulle, où les uns prennent la place des autres (par exemple, la politique). Ces jeux développent l’agressivité, la rancœur, car vous êtes tout le temps en train de vous battre.
  • Le jeu de la création de richesse : c’est un jeu évolutif à somme positive. Ceux qui jouent à ce jeu sont souvent attaqués par ceux qui jouent au jeu des statuts.

Le jeu des statuts ne solutionne aucun problème et n’apporte aucune valeur. C’est le pire jeu possible.

Ceux qui jouent à des jeux stupides gagnent des récompenses stupides.

L’endroit où vous vivez, la personne avec qui vous vivez et ce que vous faites sont les trois décisions les plus importantes.

Nous passons trop peu de temps à décider des choses qui auront un impact sur des années ou des décennies. Ce sont des décisions qui méritent d’y passer du temps, quitte à dire non à beaucoup de choses pour vous libérer du temps.

Entourez-vous de personnes qui réussissent. Pour cela aidez les gens à ce dans quoi vous êtes bon. Donnez et faites-en profiter les autres. Le Karma fonctionnera si vous êtes suffisamment consistant. À long terme, vous finirez par attirer ce que vous projetez.

Trouvez un travail qui ressemble à un jeu

La société nous demande de jouer à différents jeux : le jeu de l’école, le jeu social, le jeu de l’argent, le jeu des statuts.

Mais ces jeux n’ont aucun but spécifique, ni objectif défini. Ce que nous désirons, c’est être libre et vivre la vie que nous voulons.

Au début, nous travaillons pour nous libérer de nos problèmes d’argent. Et lorsque nous gagnons assez d’argent, nous voulons prendre notre retraite.

La retraite, c’est lorsque vous arrêtez de sacrifier le présent pour un futur imaginaire. Quand aujourd’hui se suffit à lui-même, vous être à la retraite.

Vous pouvez y parvenir en ayant suffisamment de revenus passifs pour couvrir vos dépenses.

Mais la meilleure façon de prendre votre retraite, c’est de trouver quelque chose que vous adorez faire, en dehors de toute considération financière.

La façon dont vous pouvez sortir du piège de la concurrence est d’être authentique, de trouver la chose que vous savez faire mieux que quiconque. Vous savez comment mieux le faire parce que vous l’adorez, et personne ne peut concourir avec vous.

L’idéal serait de passer de l’objectif de faire de l’argent à celui d’être artistique. L’art, c’est quand on fait les choses uniquement pour elles-mêmes : aimer, créer, jouer. Gagner de l’argent devient alors un effet secondaire.

L’argent n’est pas la source de tous les maux, mais l’appât du gain est une mauvaise chose pour vous. Il occupera votre esprit, et aucun nombre ne pourra l’arrêter : vous désirerez toujours en avoir plus.

Je crois que le meilleur moyen de rester à distance de l’amour constant de l’argent est de ne pas upgrader votre niveau de vie à mesure que vous gagnez de l’argent.

Ne pas upgrader votre niveau de vie vous permettra de devenir libre financièrement, si la liberté est ce que vous valorisez le plus. Mais si l’argent peut acheter votre liberté, il peut aussi vous rendre moins libre à un certain stade.

Comment devenir chanceux

Dans 1 000 univers parallèles, vous voulez être riche dans 999 d’entre eux. Vous ne voulez pas être riche dans les 50 d’entre eux où vous avez eu de la chance.

Il existe quatre façons d’être chanceux :

  1. Espérer que la chance vous sourira.
  2. Vous démener jusqu’à avoir de la chance.
  3. Repérer les occasions que les autres ne voient pas, en vous préparant mentalement.
  4. Devenir le meilleur dans ce que vous faites. Les opportunités vous chercherons, et la chance vous sourira. C’est la façon la plus difficile et la plus étrange d’être chanceux.

La quatrième façon est plus proche du déterminisme que de la chance. Votre réputation, votre intégrité et votre pensée à long terme font que les gens veulent faire des deals avec vous, ou passer par vous pour faire des deals.

Dans un jeu à long terme, on dirait que chacun rend l’autre riche. Et dans un jeu à court terme, on dirait que chacun se rend riche lui-même.

Le networking, et vouloir commencer par créer des relations d’affaires, est une totale perte de temps.

Soyez un créateur qui fabrique quelque chose d’intéressant, que les gens veulent. Montrez votre savoir-faire, pratiquez votre métier, et les bonnes personnes finiront par vous trouver.

Pour reconnaître quelles sont les personnes de confiance avec qui travailler, évitez celles qui parlent trop de leur honnêteté ou de leurs valeurs. Si elles font ça, elles cachent quelque chose.

Évitez vous-même de faire des choses contraires à vos valeurs, et qui ne vous rendent pas fier. Vous risquez de perdre votre estime personnelle, et de vous nuire, car on ne peut rien se cacher à soi-même. Et si vous ne vous aimez ni ne vous respectez, qui le fera ?

Soyez patient

Même une fois que vous avez réuni tous les éléments nécessaires (connaissances spécifiques, responsabilité, levier, compétences réelles), il vous faudra être patient pendant une quantité de temps indéterminée.

Tout le monde veut devenir riche immédiatement, mais le monde est un endroit efficient ; l’immédiat ne fonctionne pas. Vous devez y mettre le temps.

Gagner de l’argent ne vous rendra ni heureux ni en bonne santé, mais vous permettra d’acheter votre liberté, c’est donc un bon objectif à avoir.

Cela ne veut pas dire que c’est facile. C’est sacrément difficile. C’est la chose la plus difficile que vous ferez. Mais c’est aussi gratifiant. Regardez les enfants qui sont nés riches – ils n’ont aucun sens dans leur vie.

Souvent, vous devrez devenir un travailleur acharné, anxieux et stressé pour gagner de l’argent. C’est pourquoi vous devrez ensuite apprendre à être heureux.

Construire son jugement

Le jugement

Vous ne vous enrichissez pas en passant votre temps à économiser de l’argent. Vous vous enrichissez en économisant votre temps pour gagner de l’argent.

Le jugement consiste à savoir faire preuve de sagesse concernant les problèmes externes. La sagesse consiste à être conscient des conséquences à long terme de nos décisions.

Travailler dur est essentiel pour développer son jugement et appliquer du levier, mais le travail est vraiment surévalué.

Décider et juger de la direction à prendre est bien plus important que les efforts consentis pour aller dans cette direction.

Comment penser clairement

La vraie connaissance repose sur des basiques. Par exemple, pour comprendre la trigonométrie, il faut d’abord comprendre l’arithmétique et la géométrie.

Pour penser clairement, vous devez comprendre les basiques à un niveau vraiment fondamental. Ensuite, vous pourrez relier les concepts complexes aux basiques.

Je pense que les personnes les plus intelligentes peuvent expliquer les choses à un enfant. Si vous ne pouvez pas l’expliquer à un enfant, alors vous ne le savez pas.

Nos émotions et notre vision préconçue du monde et de ce qu’il devrait être, selon nous, nous empêchent de voir la réalité telle qu’elle est.

Les moments de vérité peuvent être des moments de souffrance, lorsque vous prenez conscience que les choses ne vont pas aussi bien que vous vouliez le croire.

La souffrance peut néanmoins vous empêcher de distinguer clairement le problème, notamment lorsque vous souhaitez et désirez simplement que la réalité soit différente.

Lorsque quelque chose ne fonctionne pas, reconnaissez-le en public. La réalité est évidente lorsqu’elle ne nous concerne pas. Vos partenaires et amis pourront ainsi vous répondre objectivement et éviter que vous ne vous voiliez la face.

Plus vous pouvez réduire votre ego, moins vous réagissez de manière conditionnée, moins vous avez de désirs quant au résultat que vous souhaitez, plus il sera facile de voir la réalité.

Programmez des espaces vides dans votre agenda, au moins un jour par semaine. Si vous êtes toujours occupé, vous n’allez jamais avoir le temps de penser.

Les grandes idées viennent lorsque l’on s’ennuie, pas lorsque l’on est débordé et stressé.

Plutôt que d’être cynique et d’agir par mimétisme, ce qui est simple et que tout le monde peut faire, soyez l’exception, soyez un contrarien optimiste.

Un contrarien n’est pas quelqu’un qui s’oppose toujours. Il s’agit là d’une autre forme de conformisme. Un contrarien raisonne de manière indépendante à partir de la base et résiste à la pression de se conformer.

Perdez votre identité pour voir la réalité

Nous fonctionnons par habitudes, et nos habitudes deviennent qui nous sommes. Il est important de savoir se déconditionner, d’observer une habitude, et de juger de son utilité.

Toute croyance ou identité préconçue (politique, religieuse, nationale…) vous enferme et vous empêche de voir la réalité.

Vous pouvez vous retrouver à défendre des positions auxquelles vous ne croyez pas vraiment, simplement parce qu’elles sont intégrées avec le package préconditionné de votre identité.

La souffrance peut vous forcer à vous détacher de votre identité, par la manière forte, et à vous en forger de nouvelles. Par exemple, si vous êtes un athlète et que vous vous blessez gravement, votre identité ne peut plus être uniquement celle d’un athlète.

Étudiez les techniques de prise de décision

Apprenez à vous déconditionner de vos réponses habituelles, et à ne pas vous fier à votre mémoire ni à vos jugements préétablis. Optimisez ensuite vos décisions pour le long terme plutôt que pour le court terme.

La prise de décision nécessite une honnêteté radicale, envers vous et les autres. Si vous n’êtes pas honnête avec les autres, vous ne le serez pas avec vous-même, et vos mensonges vous déconnecterons de la réalité.

Vous ne devriez jamais, jamais tromper personne, et vous êtes la personne la plus facile à tromper.

Richard Feynman

Pour pouvoir être honnête envers les autres sans vous aliéner leurs egos, adoptez cette règle que suit Warren Buffett : « critiquez généralement, mais faites des éloges spécifiquement ».

Autrement dit, évitez de critiquer une personne directement, critiquez son approche générale. Par contre, faîtes des éloges directement et personnellement. Ainsi, l’ego des gens travaillera pour vous.

Quelqu’un qui prend les bonnes décisions 80 % du temps au lieu de 70 % du temps sera plusieurs centaines de fois mieux valorisé et rémunéré sur le marché.

Collectez des modèles mentaux

Le passé est une mauvaise manière de prévoir l’avenir, car il repose bien trop sur des circonstances spécifiques.

Ce que vous voulez, ce sont des principes. Vous voulez des modèles mentaux.

Les modèles mentaux ne sont pas des citations inspirantes que vous oubliez. Ils sont une manière compacte de vous rappeler votre propre savoir.

Des personnes telles que Charlie Munger, ou Benjamin Franklin, sont de grands pourvoyeurs de modèles mentaux. Voici ceux collectés par Naval Ravikant :

  • L’évolution : Beaucoup d’aspects dans la société moderne peuvent trouver des explications dans l’évolution et la lutte pour la reproduction.
  • L’inversion : Il est difficile de prévoir ce qui va marcher, mais il est plus facile de repérer ce qui ne va pas marcher.
  • La théorie de la complexité : Comment comprendre et faire face à notre ignorance, à nos connaissances et à nos capacités prédictives très limitées.
  • Microéconomie et théorie des jeux : Des fondamentaux pour réussir dans les affaires et la société moderne capitaliste.
  • Le problème principal-agent : Comment faire pour qu’un maximum de personnes dans une société se comportent en principal et non en agent.
  • L’intérêt composé : L’ampleur de la croissance qu’ils génèrent s’applique en finance, en business et dans tous les domaines intellectuels.
  • Les mathématiques basiques : Connaître l’arithmétique, les statistiques et les probabilités sont essentiels pour créer un business.
  • Les cygnes noirs : Les probabilités extrêmes et les événements de queue, popularisés par Nassim Taleb.
  • Les calculs : Sont aller jusqu’aux dérivés ni aux intégrales, les principes du calcul sont essentiels en business.
  • La falsifiabilité : Une science doit pouvoir faire des prévisions falsifiables, et être capable de développer des contre-exemples.
  • Si vous n’arrivez pas à vous décider, la réponse est non : Il y a tellement d’options possibles dans la société moderne, que vous devez être certain lorsque vous vous engagez dans quelque chose.
  • Courir en montée : Lorsque vous hésitez entre deux choix, choisissez celui qui vous fait souffrir à court terme, car il est probablement associé à une récompense à long terme. Votre cerveau voudra aller dans l’autre sens, en cherchant à éviter la souffrance immédiate.

Comme vous le savez, la plupart des gains dans la vie proviennent de la souffrance à court terme qui vous permet d’être payé à long terme.

Le sport ou lire un livre compliqué, sont des exemples de souffrance à court terme associés à une récompense à long terme.

Apprenez à aimer lire

Lisez ce que vous aimez jusqu’à ce que vous aimiez lire.

Aujourd’hui, toute la connaissance est à portée de main dans les livres, tandis que le désir de lire est rare.

La lecture n’a pas de règles. Vous pouvez :

  • Lire ce que vous voulez.
  • Lire sur le support que vous voulez : livre, blog, tweets…
  • Relire ce que vous avez aimé.
  • Prendre votre temps et lire lentement.
  • Commencer plusieurs livres pour n’en finir que quelques-uns.
  • Prendre des notes.
  • Sauter les passages et chapitres qui ne vous intéressent pas.
  • Laisser tomber un livre qui n’est pas immédiatement intéressant.

Je lis probablement une à deux heures par jour, ce qui me place dans le top 0,00001%. Je pense que cela explique à lui seul tout le succès matériel que j’ai eu dans ma vie et toute intelligence que je pourrais avoir.

Chaque livre soulève un point en particulier, puis vous donne une multitude d’exemples, en cherchant à expliquer le monde à travers ce prisme. Dès lors que vous avez saisi l’essentiel, vous pouvez très bien passer à autre chose.

Aucun livre ne devrait vous faire peur. Si vous êtes perdu en lisant un livre, relisez-le. Ainsi, vous bâtissez vos muscles mentaux.

Expliquez à quelqu’un d’autre ce que vous avez appris. Enseigner vous force à apprendre.

Pour juger des nouvelles idées que vous recevez, vous devez avoir des fondations solides et d’excellente qualité. Pour cela, intéressez-vous aux sciences dures, à la microéconomie, aux matières où la connaissance est la moins discutable.

Commencez par les lire les classiques, plutôt que l’interprétation actuelle de leur contenu, qui est toujours influencée par quelqu’un et par le contexte actuel.

Tout livre qui a survécu pendant deux mille ans a été filtré par de nombreuses personnes. Les principes généraux sont plus susceptibles d’être corrects.

Ignorez les nouvelles, et ne vous cantonnez pas à ce qui est socialement acceptable par vos contemporains.

L’école nous a appris à toujours finir un livre, mais aujourd’hui, notre capacité d’attention a été mise en pièce par les réseaux sociaux. Nous avons plus de mal à finir les livres, et restons coincé quelque part.

Vous pouvez considérer les livres comme des articles de blog, ou des tweets : rien ne vous empêche de commencer un livre par le milieu, et de ne jamais le finir, si cela peut vous permettre de continuer à lire.

Si vous êtes une machine en perpétuel apprentissage, vous ne serez jamais à court d’options pour savoir comment gagner de l’argent. Vous pouvez toujours voir ce qui s’en vient dans la société, quelle est la valeur, où se trouve la demande, et vous pouvez apprendre comment vous mettre à niveau.

Fin du résumé.

Comment devenir riche sans avoir de la chance

Vers l’âge de 13 ou 14 ans, Naval Ravikant adopta une série de principes, qu’il applique maintenant depuis plus de 30 ans, pour devenir riche sans avoir de la chance.

Il a partagé ses principes dans un « tweetstorm » (aka « threads », une suite de tweets connectés, comme un article de blog). Son objectif est d’être dense mais concis, impactant et intemporel.

Vous trouverez le tweetstorm de Naval Ravikant ci-dessous, en anglais : comment devenir riche (sans être chanceux).

Quant au livre «  The Almanack of Naval Ravikant  » , il est disponible gratuitement en PDF sur www.navalmanack.com.

Mon avis sur « The Almanack of Naval Ravikant – A guide to wealth and happiness » (première partie)

Cette première partie du livre développe un grand nombre de points figurant dans le fameux thread de Naval Ravikant sur Twitter.

Il y est question de construire la richesse, ainsi qu’un le jugement. Car s’enrichir dépend bien plus de notre capacité à penser clairement, et à faire preuve d’un bon jugement, que de notre force de travail. Ce n’est pas en travaillant dur et en économisant que l’on devient riche, mais en se libérant du temps pour penser, créer, construire. Et plus que tout, savoir dans quelle direction aller.

Les gens sont souvent déçus lorsqu’ils lisent ce genre de livre. Ils pensent qu’il existe une technique secrète, difficile à trouver, mais simple à exécuter. En fait, c’est plutôt l’inverse. Il existe des techniques connues, faciles à trouver, mais difficiles à exécuter.

La recette développée par Naval Ravikant n’a rien de compliqué, si on la résume rapidement : développer des connaissances spécifiques, bâtir un business basé sur notre unicité et sur ce que nous savons faire de mieux, appliquer un levier (capital, média, ou code), assumer toute réussite ou échec en notre nom, et jouer sur le long terme, car il faudra se montrer patient.

Tout cela nécessite d’arriver à penser clairement, ce qui nécessite de se détacher de son ego et son identité, afin de voir la réalité sans se voiler la face. Pour cela, on peut s’aider avec les techniques de prise de décision, ou des modèles mentaux.

Cette recherche de la vérité par une transparence radicale vis-à-vis des autres et de soi-même a aussi été développée dans le livre de Ray Dalio, « Principles ».

Pourquoi ne pas se focaliser sur les modèles qui fonctionnent déjà, en acceptant de devoir y passer du temps, de jouer à long terme ? (sûrement parce que notre cerveau a du mal avec l’effort sans gratification immédiate, alors que chercher des techniques secrètes nous procure des shoots de dopamine).

Les principes de Naval Ravikant ne constituent pas pour autant une vérité absolue, mais le point de départ vers une réflexion approfondie. À chacun ensuite de trouver et construire sa vérité.

Par exemple, il existe des modèles d’entreprises sans levier, qui fonctionnent très bien, comme les consultants hautement qualifiés qui traitent leur client individuellement, de la meilleure manière possible.

Autre exemple : l’externalisation, un modèle développé en long, en large et en travers par « La semaine de 4 heures » (l’un des pires livres de business selon moi), concept que Naval Ravikant n’évoque que brièvement, et qui n’est pas forcément une fin en soi.

La créativité peut s’exprimer et les idées peuvent venir en faisant les choses par soi-même, son ménage, en préparant ses repas, de la même manière qu’en ajoutant des « plages vides » dans notre agenda.

Reste que les tweets, interviews et aphorismes de Naval Ravikant sont une belle source d’inspiration à l’action.

Si vous avez lu « The Almanack of Naval Ravikant – A guide to wealth and happiness », n’hésitez pas à partager votre avis sur le livre en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.